Le risque de cancer du foie favorisé par une mauvaise hygiène bucco-dentaire

Bien-être
DENTITION - Avoir une mauvaise hygiène bucco-dentaire peut avoir de graves conséquences. Selon des chercheurs britanniques, cela pourrait faire augmenter le risque de cancer du foie de 75%.

Caries, maladies parodontales, risques cardiovasculaires, diabète… La mauvaise hygiène bucco-dentaire a déjà été liée à de nombreux problèmes de santé.


Au travers d’une vaste étude publiée au mois de juin dans United european gastroenterology journal, des chercheurs britanniques viennent d’en déceler un nouveau. Selon eux, ne pas prendre soin de sa bouche peut conduire à la hausse du risque d’un cancer du foie.

Un possible lien avec le microbiote

En analysant les données de santé d’une cohorte de 469.000 personnes au Royaume-Uni, les chercheurs de la Queen’s university à Belfast ont examiné les liens possibles entre des problèmes de santé bucco-dentaire (gingivites, aphtes, dents qui bougent…) et le risque de cancers gastro-intestinaux. Sur une durée de 6 ans, 4.000 participants ont développé un cancer de ce type et 13% d’entre eux ont déclaré avoir une mauvaise santé bucco-dentaire. Il s’agissait dans la majeure partie des cas d’un cancer du foie.


En se penchant sur ces chiffres, les scientifiques ont conclu à une augmentation de 75% du risque de carcinome hépatocellulaire, forme la plus courante du cancer du foie, chez les personnes dont l’hygiène buccale et dentaire n’est pas irréprochable. Pour les autres types de cancer, aucune élévation significative du risque n’a été détectée.

Si l'étude note simplement l'existence d'un lien entre la santé bucco-dentaire et le cancer du foie, aucune explication n'a pour autant été trouvée pour le moment. Les chercheurs suspectent cependant le microbiote oral et digestif de jouer un rôle. "Le foie contribue à l'élimination des bactéries du corps humain", explique dans un communiqué le docteur Jordão, l’un des auteurs de l’étude. "Lorsque le foie est affecté par des maladies telles que l'hépatite, la cirrhose ou le cancer, sa fonction décline et les bactéries survivent plus longtemps et peuvent par conséquent causer plus de dommages." Les scientifiques s'intéressent particulièrement à l'une d'elles, Fusobacterium nucleatum, déjà impliquée dans le cancer colorectal. Son rôle dans le cancer du foie reste cependant à déterminer, de sorte que d’autres études sont désormais nécessaires.


Une autre théorie avance cependant que ces cancers pourraient aussi s’expliquer par l’absence de dents, ce qui pousserait les personnes à manger des aliments plus mous et potentiellement moins nutritifs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter