Encore trop de tabagisme passif à la maison ou au travail, alerte Santé publique France

Encore trop de tabagisme passif à la maison ou au travail, alerte Santé publique France
Bien-être

TABAC – Santé publique France publie ce vendredi les résultats d'un baromètre sur le tabagisme passif. Des chiffres qui montrent qu'il est encore trop présent sur le lieu de travail et au domicile.

Les fumeurs ne mettent pas uniquement leur santé en danger : celle de leurs proches aussi. Santé publique France dévoile ce vendredi de nouveaux chiffres sur le tabagisme passif, et ils sont inquiétants. Au travail d'abord. "Malgré la réglementation adoptée en 2007, encore 15,7% des personnes âgées de 18 à 64 ans exerçant une activité professionnelle déclarent en 2017 avoir été exposées à la fumée de tabac des autres au cours des 30 derniers jours à l’intérieur des locaux sur le lieu de travail", explique l’agence.

Cette exposition à la fumée reste inégale en fonction des catégories socio-professionnelles. Ainsi, "les ouvriers sont quatre fois plus nombreux (27,4%) que les cadres et professions intellectuelles supérieures (6,4%) à déclarer y être exposés".

Lire aussi

Trop de fumée à la maison aussi

Le lieu de travail n’est pas le seul endroit où les non-fumeurs sont impactés par le tabac : à la maison également. Mais Santé publique France note tout de même que "la présence de quelqu’un fumant à l’intérieur du domicile diminue significativement entre 2014 et 2018". Cette baisse est notable pour les fumeurs quotidiens : 52% d’entre eux allumaient une cigarette au sein de leur domicile en 2014, contre 37,9% en 2018. "Chez les fumeurs vivant dans un foyer avec un enfant, la fréquence du tabagisme au domicile a également été divisée par deux entre 2014 et 2018, passant de 31,6% à 14,4% en présence d’un enfant de moins de 4 ans", se réjouit l’agence.

Aucune baisse n’est cependant constatée pour les personnes considérées comme de "gros fumeurs". "Ces nouvelles données soulignent la nécessité de continuer nos efforts de dénormalisation du tabac afin de limiter le tabagisme passif, à domicile comme sur le lieu de travail", analyse Viet Nguyen Thanh, responsable de l’unité addictions à Santé publique France.

Voir aussi

En vidéo

Cruard Reporter : L'appli qui écrase le tabac

Une campagne pour arrêter de fumer

Pour y parvenir, l’organisme de santé va lancer une grande campagne d’information pour promouvoir le dispositif d’aide à l’arrêt du tabac "Tabac info service". L’objectif est "d’inciter les fumeurs à recourir à ce service pour les aider à arrêter de fumer". Pour cela, plusieurs messages vont être diffusés sur les réseaux sociaux, afin de faire connaître les atouts du service : la gratuité, la flexibilité et l’efficacité, 87% des utilisateurs estimant que l’accompagnement téléphonique les a aidés dans leur démarche d’arrêt du tabac, relève Santé publique France.

Des Facebook Live vont également être proposés aux internautes chaque mois sur différents thèmes. L’arrêt du tabac et la prise de poids (février), les stratégies pour arrêter de fumer (mars), la cigarette électronique (avril) et les difficultés des premiers jours (mai). Les entreprises auront également l’occasion de sensibiliser leurs employés, grâce à une affiche et une vidéo mises à leur disposition.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent