Le vaccin contre les papillomavirus désormais recommandé pour les garçons de 11 à 14 ans

Le vaccin contre les papillomavirus désormais recommandé pour les garçons de 11 à 14 ans
Bien-être

VACCINATION - Le ministère de la Santé vient d'annoncer que le vaccin contre les papillomavirus humains (HPV), déjà recommandé pour les jeunes filles, le sera désormais aussi pour les jeunes garçons âgés de 11 à 14 ans.

Le ministère des Solidarités et de la Santé vient d'annoncer que la vaccination contre les papillomavirus (HPV) allait désormais être étendue à tous les garçons entre 11 et 14 ans. La ministre Agnès Buzin "se félicite de la recommandation de la Haute autorité de santé (HAS) publiée ce jour". Elle "souhaite que cette recommandation soit intégrée dans le calendrier des vaccinations 2020 pour une mise en oeuvre d'ici l'été".

Déjà recommandée pour les jeunes filles, ce vaccin "constitue la meilleure stratégie de lutte contre le cancer du col de l'utérus qui provoque en France près de 1.000 décès par an chez les femmes", indique le ministère dans un communiqué. Ce vaccin est actuellement pratiqué chez les filles du même âge, "avec un rattrapage jusqu'à 19 ans" et chez les hommes de moins de 26 ans "ayant des relations sexuelles avec des hommes".

Lire aussi

En vidéo

VIDÉO - Le calendrier vaccinal de votre enfant

1 cancer sur 4 provoqué par les HPV survient chez les hommes

"Les stratégies vaccinales évoluent au cours du temps et de nombreux pays ont étendu cette vaccination à tous les garçons", précise le ministère. "Les garçons sont en effet également infectés par ces virus HPV et les transmettent à leurs partenaires. Près de 25% des cancers provoqués par les HPV surviennent chez les hommes", indique le ministère, qui ajoute qu'Agnès Buzin avait saisi la Haute autorité de santé de ce sujet. La HAS a donc décidé de procéder exactement aux mêmes recommandations pour les garçons que pour les filles : une vaccination entre 11 et 14 ans avec un rattrapage jusqu'à 19 ans.

Cette décision "scientifique et éthique permettra à tous les jeunes garçons, quelle que soit leur orientation sexuelle, de bénéficier d'une protection individuelle, mais aussi comme pour la vaccination des jeunes filles, d'améliorer la protection de leurs partenaires", se félicite le ministère de la Santé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

EN DIRECT - Covid-19 : le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions"

Débat Trump/Biden : "C’est incroyable de voir des visions aussi radicalement opposées s’exprimer aussi calmement"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent