Les femmes enceintes sont aussi endurantes que des ultra-marathoniens selon une étude !

Bien-être
ENDURANCE - La grossesse vous épuise ? C'est normal. D'après une étude britannique, les femmes enceintes dépenseraient à peu près autant d'énergie qu'un ultra-marathonien sur neuf mois. Un niveau d'efforts qui se situe à la limite du supportable pour un être humain.

Être maman peut être un boulot à plein temps, mais aussi une performance digne des plus grands athlètes. D’après une étude menée par des chercheurs de l’université de Duke, au Royaume-Uni, et parue le 5 juin dans Science Advances, les dépenses énergétiques d’une femme enceinte ou allaitante seraient à peu près équivalentes à celles d’un ultra-marathonien.


Pour l’affirmer, les scientifiques ont analysé les données mesurées sur des athlètes ayant parcouru les courses les plus physiques du monde, telles que le Tour de France, ou la Race Across the USA, qui consiste à courir un marathon (42 kilomètres) par jour, six jours sur sept pendant quatorze à vingt semaines. 

Lors de ce travail, les scientifiques se sont principalement basés sur métabolisme de base de ces athlètes, soit le nombre de calories dépensées au quotidien pour le simple fonctionnement de l’organisme. Selon leurs observations, lors d'événements sportifs relativement courts, tels qu'un marathon, les athlètes peuvent utiliser l'équivalent de 20 fois leur métabolisme de base. Mais sur des périodes plus longues, la dépense chute irrémédiablement. Un ultra-marathonien courant pendant 25 heures peut ainsi dépenser environ 9 fois son métabolisme de base, et cela tombe à 5 fois pour les coureurs du Tour de France, qui dure 23 jours. En rapportant leurs observations sur 300 jours, les chercheurs se sont aperçus qu’il n’était pas possible, sur une telle durée, de dépenser plus de 2,5 fois son métabolisme de base. Ce qui correspond à environ 4.000 calories par jour pour un adulte moyen définit "le domaine du possible pour les humains" au-delà duquel le corps s’altère, explique dans un communiqué l’un des co-auteurs de l’étude, Herman Pontzer.


Or selon les chercheurs, les femmes dépenseraient pendant leur grossesse, soit environ 270 jours, 2,2 fois leur métabolisme de base. "La grossesse est la chose la plus longue et la plus difficile que les humains puissent réaliser", affirme Herman Pontzer dans les colonnes du New Scientist. "Les limites atteintes sont comparables à celles du Tour de France."

Si les femmes enceintes approchent de près la limite du supportable pour un être humain, rester sous le seuil des 2,5 leur permet en revanche de conserver leur poids, voire d'en prendre. Une nécessité pour traverser cette période intense et ne pas mettre en danger leur bébé. Elles prennent généralement entre 11 et 16 kilos.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter