Les hommes plus douillets que les femmes ? La science le confirme

Bien-être

OUTCH - Selon une récente étude canadienne, les hommes sont plus sensibles à la douleur que les femmes en cas de souffrances répétées. Les scientifiques supposent que cela peut s'expliquer par la plus grande expérience de la gent féminine à la douleur.

La douleur serait bien sexuée. De récents travaux de chercheurs basés à Montréal et à Toronto, publiés dans Current Biology, prouvent que les hommes y réagiraient davantage que les femmes. Les expériences ont été menées en partant du postulat que l’un des principaux déterminants de la douleur chronique serait le souvenir d’une douleur antérieure.

L’étude, menée sur des souris et des humains (41 hommes et 38 femmes de 18 à 40 ans), s'est concentrée sur une douleur, répétée dans un laps de temps relativement court, sur un même endroit du corps. Les réactions des mâles et des femelles chez les souris, ainsi que des hommes et des femmes chez les humains, ont été observées.

Les hommes plus sensibles lors de douleurs répétées

Les recherches se sont décomposées en deux étapes : lors de la première, une source de chaleur a été appliquée sur le corps des souris et des humains pour provoquer une douleur faible. Dans la seconde, au même endroit, les humains se sont vus installer un brassard chauffant, et les souris injecter du vinaigre, provoquant une douleur plus intense.

Alors que les femmes et les hommes avaient été aussi sensibles à la douleur la première fois, seuls les hommes se sont montré davantage sensibles la deuxième. "À notre avis, les souris et les hommes anticipaient la pose du brassard ou l'injection du vinaigre, et chez les sujets mâles, ce stress d'anticipation a accru la sensibilité à la douleur", avance auprès de Radio Canada Jeffrey Mogil, professeur au département de psychologie de l’université McGill.

Lire aussi

Pour l’heure, les chercheurs sont incapables d’expliquer scientifiquement cette différence sexuée de réaction. Le professeur suppose cependant : "Les femmes ont une plus grande expérience de la douleur. Peut-être que c'est pour cela qu'elles sont moins stressées par la douleur". C’est hypothétiquement ce processus qui pourrait permettre aux femmes de désirer un nouvel enfant, malgré un accouchement douloureux.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter