Bronchiolite chez les bébés : faut-il toujours avoir recours à de la kiné respiratoire ?

Bronchiolite chez les bébés : faut-il toujours avoir recours à de la kiné respiratoire ?
Bien-être

Toute L'info sur

Les maladies de l’enfance

INTERVIEW – Ce jeudi, la Haute autorité de santé a publié de nouvelles recommandations pour le traitement de la bronchiolite chez les bébés, jugeant inefficace la kiné respiratoire, pourtant régulièrement pratiquée. L’Association française de pédiatrie ambulatoire réagit.

Maladie le plus souvent bénigne, mais qui provoque une toux et des difficultés de respiration chez les enfants de moins de 2 ans, la bronchiolite est régulièrement prise en charge par des séances de kinésithérapie respiratoire. Mais ce jeudi, le groupe de travail de la Haute autorité de santé a donné de nouvelles directives pour la traiter, dans lesquelles ne figurent pas cette technique pourtant largement pratiquée.

Comment réagissent les pédiatres à ces recommandations ? La kinésithérapie respiratoire peut-elle être encore prescrite ? Quelles sont les autres solutions pour lutter contre les bronchiolites qui touchent 480.000 bébés chaque année ? Fabienne Kochert, présidente de l’association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA), répond à nos questions.

Lire aussi

LCI : Comment accueillez-vous les nouvelles recommandations du groupe de travail de la Haute autorité de santé ?

Fabienne Kochert : Précisons d'abord que l’AFPA fait partie de ce groupe de travail, puisque nous avions un représentant au niveau de la commission. Nous sommes solidaires de la position du collège national professionnel de pédiatrie, à savoir que pour la kinésithérapie respiratoire, il n’y a pas de travaux scientifiques permettant de prouver son efficacité dans la prise en charge de la bronchiolite aiguë. Cela avait déjà été énoncé lors de précédentes recommandations, les nouvelles ne font que le confirmer. Il n’y a d'ailleurs qu’en France et en Belgique que la kinésithérapie respiratoire est pratiquée pour la bronchiolite. Et année après année, il y a déjà eu une diminution nette du nombre de séances de kinésithérapie prescrites par les pédiatres.

L’hospitalisation est nécessaire pour les cas gravissimes. Sinon, la bronchiolite simple relève simplement d’une surveillance à domicile.- Fabienne Kochert, présidente de l'AFPA

Faut-il néanmoins toujours consulter un kinésithérapeute pour lutter contre les bronchiolites ?

La kinésithérapie respiratoire vise à désencombrer un petit peu le nez et les voies respiratoires supérieures, mais cela a une efficacité très limitée dans le temps. Si vous voulez qu'elle débouche le nez, il faudrait y aller 3 fois par jour, ce n’est pas concevable ! Les kinésithérapeutes ont aussi un rôle d'éducation pour les familles, pour leur montrer comment bien dégager les fosses nasales et les voies respiratoires de leur enfant, chose que les médecins n'ont pas forcément toujours le temps de faire, notamment en période d'épidémie de bronchiolite.

Quelles sont les solutions pour lutter contre les bronchiolites ?

D'abord, l’hospitalisation est nécessaire pour les cas gravissimes. Sinon, la bronchiolite simple relève simplement d’une surveillance à domicile, avec des conseils donnés aux parents pour montrer comment dégager le nez du bébé et bien l’hydrater. La bronchiolite est une infection virale qui passe toute seule. Il n’est pas nécessaire de toujours faire des lavages de nez très agressifs, il suffit parfois d’administrer quelques gouttes de sérum physiologique pour perméabiliser de nouveau les narines et que l’enfant puisse respirer.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter