Plomb, cadmium et nickel : des métaux lourds retrouvés dans les bijoux fantaisie par 60 millions de consommateurs

Plomb, cadmium et nickel : des métaux lourds retrouvés dans les bijoux fantaisie par 60 millions de consommateurs
Bien-être
DirectLCI
MAUVAISE SURPRISE - Pour son dernier numéro, en kiosques ce jeudi, 60 millions de consommateurs a fait analyser la composition de plusieurs bijoux fantaisie. Ils y ont trouvé, en quantité limitée, des métaux lourds.

Des métaux lourds dans les bijoux fantaisie. C'est ce qu'a détecté 60 millions de consommateurs lors d'analyses faites pour son dernier numéro, en kiosque ce jeudi. Afin de mener à bien son enquête, le magazine a acheté douze paires de boucles d'oreilles et huit bracelets dans des enseignes telles qu'Asos, Balaboosté, Claire's, Forever 21, H&M ou encore Primark.


Du plomb et du cadmium, certes en quantité inférieure à la réglementation, et du nickel ont été retrouvés. Sur l'un des vingt bijoux, une puce d’oreille de Primark, ce dernier composant dépassait les valeurs limites autorisées.

Des matériaux qui s'accumulent dans l'organisme

"Un bijou non réglementaire sur les vingt testés, c’est peu. Un sur trois l’était dans une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) en 2016", indique 60 millions de consommateurs. Pour autant, et même si les concentrations restent la quasi-totalité du temps dans la norme, le magazine regrette la présence de ces métaux lourds "à des valeurs faibles, voire extrêmement faibles, mais avec des différences d’une enseigne à l’autre pouvant aller jusqu’à 100 fois ou plus, ce qui prouve qu’il est possible d’en avoir beaucoup moins."


D'autant que le plomb et le cadmium, sont des matériaux qui s’accumulent dans l’organisme. Ils peuvent y pénétrer par inhalation, par ingestion, et (plus rare) par la peau. Le premier est, selon l'Organisation Mondiale de la Santé, particulièrement nocif pour les jeunes enfants, dont le développement du cerveau et du système nerveux peut être affecté. Le second a des effets toxiques sur les reins, le squelette et l’appareil respiratoire et est classé comme cancérogène pour l’homme. Le nickel, enfin, est allergisant. 12% de la population y serait sensible, précise 60 millions de consommateurs.

Des indications trompeuses

Le magazine pointe d'autre part du doigt plusieurs bijoux censés être exempt de nickel et qui, en réalité, en renferment. "Nous avons ainsi détecté du nickel dans un bracelet 100 % laiton d’Asos, dans des boucles d’oreilles de Moa ou des créoles de Bershka présentées comme '100 % fer'". Certains bijoux qui ne devraient pas contenir de nickel (comme ceux en argent rhodié 925) en contiennent même parfois plus que ceux dont la composition n'est pas mentionnée. Un problème évident pour les personnes qui y sont allergiques.

Face à ces anomalies, le magazine préconise de privilégier l'achat de bijoux de qualité, en particulier pour les jeunes enfants. "D’autant qu’en Europe, les limites en plomb sont les mêmes pour l’adulte et pour l’enfant (0,05 %). Alors qu’en Chine et aux États-Unis, elles sont plus strictes chez l’enfant (0,01 %). Idem pour le cadmium, certains États américains ont adopté un seuil de 0,003 % pour l’enfant contre 0,01 % pour l’adulte. De sorte que des boucles d’oreilles aux normes en France seraient interdites outre-Atlantique."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter