"Pour éliminer ce soda, il faudra marcher 26 minutes" : de tels messages aideront-ils bientôt à lutter contre l'obésité ?

"Pour éliminer ce soda, il faudra marcher 26 minutes" : de tels messages aideront-ils bientôt à lutter contre l'obésité ?
Bien-être

ALIMENTATION - Le temps nécessaire pour brûler les calories d'un produit sera-t-il bientôt indiqué sur l'emballage ? Selon des chercheurs anglais, qui estiment insuffisant l'affichage des valeurs nutritionnelles, un tel dispositif permettrait de lutter efficacement contre l'obésité.

"Pour brûler les calories de cette boisson gazeuse, 13 minutes de course seront nécessaires". Et si des messages de ce type fleurissaient sur l'ensemble des produits d'ici quelques années ? Dans une étude publiée mardi, des chercheurs de l'université londonienne de Loughborough estiment que ces petites phrases sur les emballages alimentaires permettraient de lutter plus efficacement contre l'obésité que l'affichage plus classique des valeurs nutritionnelles.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont effectué une méta-analyse de 15 études précédemment menées. Lorsqu'un étiquetage basé sur l'activité physique se trouvait sur les aliments, ils ont constaté que le nombre de calories sélectionnées par les consommateurs était inférieur à tout autre type d'étiquetage : en moyenne, les consommateurs diminuaient de 65 calories leur menu. "Sur la base des preuves actuelles, l'étiquetage des aliments" basé sur l'activité physique "peut diminuer le nombre de calories consommées par le public", conclut l'étude.

Des symboles pour sensibiliser les consommateurs

Selon l'équipe de recherches, ce nouvel étiquetage aurait 3 bienfaits importants : d'abord, il inciterait les consommateurs à manger moins, ce qui diminuerait les risques d'obésité. "Les personnes pensent que l'obésité est causée par la gourmandise, mais ce n'est pas le cas, elle est causée par le fait que nous mangeons un peu trop", estime la professeure Amanda Daley, qui a participé à l'étude publiée dans le Journal of Epidemiology and Community Health. Ce dispositif inciterait également les consommateurs à se déplacer davantage, grâce à une prise de conscience, et pourrait pousser les fabricants à mettre sur le marché des produits moins caloriques. 

Pour rendre le message visible sur les emballages, les chercheurs proposent de mettre en place des petits symboles, sur lesquels serait inscrit le temps d'activité physique nécessaire pour éliminer les calories avalées. Des symboles qui rappellent, dans un autre registre, le nutri-score, en vigueur en France depuis 2016. "Cet étiquetage est une stratégie simple qui pourrait être facilement incluse sur les emballages alimentaires par les fabricants", fait valoir l'étude.

Lire aussi

Des messages facilement compréhensibles

Un tel dispositif permettrait en effet de contextualiser les valeurs nutritionnelles déjà inscrites sur les emballages. "Nous pensons qu'une indication claire pourrait être utile", estime Amanda Daley. "Nous ne disons pas qu'il faut se débarrasser de l'étiquetage actuel, nous disons simplement d'ajouter" ce nouvel étiquetage. Selon elle, une approche simple est nécessaire puisque "nous ne passons que 6 secondes environ à regarder la nourriture avant de décider de l'acheter".

"Pendant ce laps de temps, nous devons visualiser quelque chose que nous pouvons facilement comprendre, par exemple savoir ce que manger un quart de pizza signifie réellement", indique Amanda Daley, dans des propos rapportés par The Guardian. "Si je vous dis qu'un produit va vous prendre 60 minutes de marche pour brûler toutes les calories, je pense que la plupart des personnes le comprennent et savent qu'une heure de marche, c'est long".

En vidéo

L'obésité, une maladie qui engendre des peurs

Les calories, un indicateur incomplet

Cependant, cette conclusion présente des limites. Les études sur lesquelles se sont basés les chercheurs ont été principalement menées en laboratoire ou "dans des situations hypothétiques", et non dans des situations reflétant exactement la réalité.

De plus, le Docteur Frankie Phillips, diététicienne et porte-parole de la British Dietetic Association, estime qu'il faut faire attention aux étiquetages basés sur le nombre de calories. Si cela s'avère être un indicateur utile, "il ne dit pas au consommateur si la nourriture ou la boisson est saine". Elle prend l'exemple d'un sandwich et d'une barre de confiserie au chocolat qui pourraient atteindre respectivement environ 400 et 350 calories. "Si nous accordons une importance centrale aux calories, la barre de chocolat semble être un meilleur choix. Mais une approche plus équilibrée montrerait évidemment qu'un sandwich est de loin supérieur sur le plan nutritionnel, bien qu'il soit plus élevé en calories".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

EN DIRECT - Covid-19 : le bilan va "s'alourdir dans les prochains jours et semaines, quoi que nous fassions"

Débat Trump/Biden : "C’est incroyable de voir des visions aussi radicalement opposées s’exprimer aussi calmement"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent