Première scientifique : des chercheurs américains ont réussi à éliminer le virus du sida chez des souris

Bien-être

DÉCOUVERTE - Voilà une avancée majeure dans la recherche pour éradiquer le virus du sida. Des chercheurs américains sont parvenus à éliminer durablement le VIH chez certaines souris infectées. Une possible application chez des patients humains reste toutefois hypothétique.

La recherche progresse dans la lutte contre le VIH, le virus responsable du sida. Après avoir fait un bond en avant, grâce aux antirétroviraux, qui permettent de contenir la maladie dans l'organisme, voilà que des chercheurs tentent de mettre au point une nouvelle technique génétique qui permettrait, cette fois, d'éradiquer le virus une bonne fois pour toute. Car jusqu'à maintenant, le simple arrêt des traitements suffit à le réactiver, telle une bombe à retardement.

Et ils commencent à avoir l'espoir d'y parvenir un jour. En effet, une équipe de scientifiques américains vient de mettre au point un moyen d'éliminer le VIH chez des souris de laboratoire, selon une étude publiée dans la revue Nature. Pour ce faire, les auteurs qui travaillent à l'Université du Nebraska et à la Temple University de Philadelphie, ont combiné deux technologies de pointe. 

Lire aussi

Réduire la réplication du virus

Ils ont eu d'abord recours à une forme de traitement antirétroviral à libération lente et à action prolongée, dite LASER ART (pour "long-action slow-effective release antiviral therapy").  Il a été administré sur plusieurs semaines de façon ciblée, pour chercher à réduire au minimum la réplication du virus, dans les zones de l'organisme considérées comme des "réservoirs" à VIH, c'est-à-dire des tissus où il reste normalement latent comme la moelle épinière ou la rate.

Ensuite, pour retirer les dernières traces du VIH, les chercheurs ont fait appel à CRISPR-Cas9, un outil d'édition génétique (parfois surnommé "ciseaux génétiques") qui permet d'ôter et de remplacer des parties indésirables du génome. Une combinaison qui a permis d'éliminer le virus chez plus du tiers des souris ayant reçu ce double traitement, d'après les conclusions publiées par les trois chercheurs. Plus intéressant encore, "aucun dommage collatéral généré par CRISPR-Cas9 n'a été détecté", assure l'étude. 

L’application à l’homme est loin d’être une évidence, mais c’est un travail encourageant- Serawit Bruck-Landais, directrice du service des Programmes scientifiques de Sidaction

"Nous sommes assez confiants du résultat et ravis de constater que chez les petits animaux, en utilisant la technologie et la méthode que nous avons développées, nous pouvons obtenir ce que nous appelons un traitement stérilisant ou l’élimination du virus", a déclaré l'un des auteurs dans la revue Nature. 

Satisfaction identique pour la directrice du service des Programmes scientifiques et médicaux de Sidaction : "Il s’agit d’une preuve de concept prometteuse : on sait désormais qu’il est possible d’éliminer le virus avec cette combinaison. Il faut continuer à tester cette solution pour la maîtriser afin de la rendre applicable à terme", s'est félicitée Serawit Bruck-Landais sur Twitter tout en nuançant son propos : "Malgré ces résultats très prometteurs, la méthode n’a fonctionné que pour un tiers des souris traitées. L’application à l’homme est loin d’être une évidence, mais c’est un travail encourageant", a-t-elle conclu.

Même son de cloche chez les scientifiques américains : "C'est un premier pas important vers un chemin beaucoup plus long pour l'éradication du virus", concluent ainsi les auteurs. L'équipe teste désormais cette technique chez des primates non-humains afin de voir si elle produit les mêmes résultats. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter