Punaises de lit : comment notre corps réagit-il aux piqûres ?

Bien-être

INVASION – Particulièrement envahissantes, les punaises de lit se propagent depuis de nombreuses années dans les grandes villes, comme à Marseille, où associations et collectifs citoyens sont à bout. Comment le corps humain réagit-il aux piqûres de ces insectes et quels traitements permettent de les soigner ?

À Marseille, comme dans de nombreuses métropoles, elles se propagent partout. Les punaises de lit, ces petits insectes qui vivent dans l’obscurité et se cachent à proximité des lieux de repos, sont en pleine expansion. Elles sont capables de piquer jusqu’à 500 fois par nuit, de pondre 7 à 8 œufs par jour et 200 à 400 fois dans leur vie. Face à cette menace minuscule aux conséquences ravageuses, comment le corps humain réagit-il ?

"Les conséquences des piqûres des punaises de lit dépendent de chaque personne", explique à LCI Jean-Michel Bérenger, entomologiste à l’IHU Méditerranée Infection de Marseille. "Certains d'entre nous ne vont pas du tout sentir les piqûres et ne les sentiront jamais, tandis que d’autres vont faire des réactions exacerbées ou même bulleuses, c’est-à-dire que des bulles vont apparaître au niveau de la peau, comme lors d’une brûlure. Il peut également y avoir des rougeurs très intenses sur la peau, qui grattent énormément".

Lire aussi

Des conséquences physiques… et morales

Si les conséquences physiques diffèrent entre les personnes piquées, certaines  subissent même des conséquences psychologiques après des morsures. "Le lit, c’est l’endroit où nous sommes censés être à l’abri de tout, donc nous y sommes très vulnérables. Le fait de savoir que des punaises sont dans votre lit et vont sucer votre sang peut provoquer des insomnies, de l'anxiété, voire des dépressions. Cela peut créer des traumatismes, même une fois les punaises débarrassées", alerte l’entomologiste.

Toutefois, si les conséquences peuvent être nombreuses, une piqûre de punaise de lit en tant que telle ne semble pas dangereuse pour la santé. "Chaque jour dans le monde, des millions de personnes sont piquées par des punaises de lit et il n’y a jamais eu la moindre épidémie", rappelle Jean-Michel Bérenger.

"En laboratoire, nous remarquons que certaines bactéries, normalement transmises par les poux, peuvent être récupérées par la punaise de lit, qui est capable de les garder vivante dans ses intestins et dans ses déjections pendant 15 à 18 jours. Mais à aucun moment ces bactéries ne rejoignent ses glandes salivaires, donc la piqûre ne peut pas infecter en elle-même. En revanche, une punaise de lit peut infecter lorsqu’elle est écrasée sur la peau", alerte-t-il.

Lire aussi

Quel traitement ?

Si vous êtes régulièrement dévoré par ces petits insectes, il se peut que votre corps s’adapte et que les démangeaisons s’arrêtent. C’est ce qui s’est passé pour Jean-Michel Bérenger, à force de travailler en laboratoire en compagnie de punaises de lit. "À titre personnel, je me fais piquer régulièrement. Au début, cela me faisait des boutons et me grattait, mais maintenant, cela ne me fait plus rien. En réalité, j’ai développé des anticorps contre certaines protéines de la salive des punaises". Il s’est donc "auto-immunisé", mais cela n’est pas valable pour tout le monde. "Soit vous vous immunisez automatiquement, soit cela devient des réactions exacerbées", prévient-il.

S’il n’existe pas de solution miracle pour lutter contre la prolifération des punaises de lit chez soi, il n’y en a pas non plus pour soigner les piqûres. Le traitement va en effet être le même que pour toutes les autres morsures d’insectes. Pour calmer la réaction immunitaire des personnes démangées, des antihistaminiques vont alors être utilisés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter