Risque d'intoxication au cyanure : les autorités avertissent sur la consommation d'amandes de noyaux d'abricots

Bien-être
A PETITES DOSES - Comme l'alcool ou les sucreries, les amandes de noyaux d'abricots sont à consommer avec modération. C'est ce que rappelle l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) alors que 150 personnes ont été victimes d'intoxication au cyanure après en avoir mangé.

Les autorités de santé ont beau alerter depuis plusieurs années sur le danger, rien n'y fait. Entre janvier 2012 et octobre 2017, plus de 150 personnes ont été intoxiquées après avoir mangé de trop grandes quantités d'amandes d'abricots, contenues dans les noyaux. L'amygdaline que contiennent ces amandes se convertit en effet en cyanure hautement toxique lors de la digestion. Fin juillet, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a de nouveau publié une mise en garde contre ces compléments alimentaires très tendances, auxquels on prête "de prétendues propriétés 'anti-cancer '". 

Des vertus pas prouvées scientifiquement

"Depuis quelques années, un engouement est apparu pour ces amandes d’abricot, commercialisées en tant qu’aliment permettant de lutter contre le cancer. Des doses élevées, de 10 amandes par jour en prévention à 60 amandes en curatif, sont préconisées [par les commerçants, ndlr.]. L’Anses précise qu’à ce jour, il n’existe aucune preuve scientifique de leur intérêt dans le traitement curatif ou préventif du cancer", indique-t-elle dans un communiqué. L'ingestion d'une trop grande quantité d'amandes d'abricot peut conduire à des signes d’intoxication aiguë tels que des convulsions, des troubles respiratoires, une diminution de la fréquence cardiaque, une perte de connaissance, voire un coma.


Si à ce jour, aucun cas "de gravité forte" n'a été rapporté, l’Anses rappelle qu'il est conseillé de ne pas manger plus d'une grosse amande ou de trois petites par jour pour les adultes. Pour les enfants, la limite est fixée à une moitié de petite amande par jour. Ces doses, établies par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), permettent de ne pas atteindre le seuil de sécurité de 20 microgrammes de cyanure par kilo de poids corporel pour une exposition unique, soit 25 fois moins que la dose mortelle. Cette limite a été fixée en fonction de la capacité du corps à éliminer le cyanure naturellement, grâce à certains enzymes.

Par ailleurs, la consommation d’abricots en tant que telle ne représente aucun danger, l'amande étant située à l'intérieur du noyau et n'entrant donc pas en contact avec le fruit.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter