Crèmes solaires : des filtres UV retrouvés en quantités importantes dans le sang

Bien-être
DirectLCI
PROTECTION - Appliquer de la crème solaire permet de s'éviter bien des problèmes de santé. Mais selon une étude des autorités sanitaires américaines, plusieurs composés se retrouveraient en quantités importantes dans la circulation sanguine. Une enquête a été ouverte pour savoir si cela peut représenter un danger.

Se protéger d'un danger peut en causer un autre. Si l'application scrupuleuse de crème solaire permet d'échapper aux coups de soleil et donc de diminuer le risque de développer cancer de la peau, certains des composés inquiètent les autorités sanitaires américaines. D'après une vaste étude menée par la Food and Drug Administration (FDA) et publiée lundi dans la revue JAMA Network, il ne faudrait qu'une journée à certains ingrédients de la crème solaire pour se retrouver dans le sang à des niveaux élevés.


Certains des quatre produits chimiques analysés, des filtres UV, allaient jusqu'à dépasser de quatre fois le seuil autorisé, tandis qu'ils étaient toujours détectés dans le corps au moins vingt-quatre heures après la dernière application de produit solaire. De quoi déclencher l'ouverture d'une enquête de la part du gouvernement.

L'oxybenzone, un filtre solaire déjà bien connu

Pour réaliser ces mesures, la Food and Drugs Administration (FDA) a embauché vingt-quatre volontaires en bonne santé. Quatre fois par jour pendant quatre jours, ceux-ci ont dû s’enduire le corps de spray ou de crème solaire contenant de l'avobenzone, de l'oxybenzone, de l'ecamsule ou de l'octocrylene. Chacun a également dû réaliser trente prises de sang pendant sept jours.


Sur les six personnes utilisant de la crème contenant de l'ecamsule, cinq présentaient des niveaux significatifs de ce composant dans le sang à la fin du premier jour. Concernant les trois autres ingrédients, tous les volontaires ont montré des taux significativement élevés à partir du deuxième jour d'utilisation, et particulièrement pour l'oxybenzone. "La concentration d'oxybenzone absorbée dans le corps était de 50 à 100 fois plus élevée que n'importe lequel des trois autres produits chimiques testés."

En 2008, les centres américains de contrôle et de prévention des maladies avaient analysé des échantillons d'urine et montré que 97% contenaient de l'oxybenzone, rapporte CNN. D'après une autre étude, suisse cette fois, la substance se retrouverait aussi dans le lait maternel. En analysant ses effets, les scientifiques ont suggéré au fil de leurs travaux un lien potentiel entre l'oxybenzone et un niveau de testostérone plus faible chez les adolescents, une variation hormonale chez les hommes ou encore un poids anormal chez les nouveau-nés.

Des travaux supplémentaires attendus

Les scientifiques américains appellent malgré tout à la plus grande prudence quant aux résultats de leur étude. "Le fait qu'ils soient absorbés ne veut pas dire qu'ils sont dangereux", indique ainsi la co-auteure de l'étude à NBC News. La chercheuse, également directrice de la division des médicaments sans ordonnance à la FDA enjoint donc les Américains à continuer à utiliser leur crème solaire. "Ces produits sont utilisés pour prévenir le cancer de la peau. [...] Pour l'instant, nous savons que ces produits comportent des bénéfices et nous ne savons pas s'il y a une quelconque menace." Dans un communiqué, l'Académie américaine de dermatologie a souligné que les ingrédients en question "sont utilisés depuis plusieurs décennies sans aucun effet secondaire interne signalé chez l'humain". Des travaux supplémentaires doivent être menés pour déterminer la réelle innocuité de la présence de ces produits dans le sang.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter