Tabac, allaitement, sexualité... : 10 idées reçues sur la grossesse passées au crible

Bien-être
DirectLCI
INTERROGATIONS - La grossesse et les bouleversements qu’elle entraîne ne sont pas une science exacte, mais les clichés sur les femmes enceintes ont la vie dure. Dans cette jungle d'informations, comment savoir qui dit vrai ou pas ? Voici 10 idées reçues décryptées par des experts.

En France, un nouveau-né par jour présente au moins un troublé lié à l'alcool qu'a consommé sa mère lorsqu'elle était enceinte. Les premières estimations nationales des dégâts causés par la consommation d’alcool pendant la grossesse, publiées début septembre par l'agence sanitaire Santé publique France, le rappellent : boire de l'alcool perturbe le développement du futur bébé. Nous commençons donc ce "vrai-faux" par cette question : la future maman doit-elle proscrire tout verre de vin ?


Pour réaliser cet article, nous nous sommes appuyés sur le livre Ma grossesse en 300 questions/réponses (Editions First), pour lequel Marjolaine Solaro, maman de trois enfants, s'est entourée d'une douzaine d'experts (sage-femme, gynécologue, anesthésiste, puéricultrice...) afin de répondre (enfin) à toutes nos interrogations, des plus naïves aux plus techniques, et battre en brèche (souvent) les clichés les plus tenaces.

1 - "Boire un verre de vin est mauvais pour le foetus"

VRAI. Le message délivré par le ministère de la Santé est clair : zéro alcool pendant la grossesse. Car d'un point de vue scientifique, on sait que l'alcool passe directement dans le sang du foetus et que son effet sur le système nerveux peut-être très néfaste. "On observe malheureusement des complications liées à l'alcool même chez des femmes classées 'petites buveuses'. Un verre de vin rouge, une fois, ne vous fait pas appartenir à celle classe. Toutefois il vaut mieux s'en passer, particulièrement au premier trimestre", conseille la gynécologue Bénédicte Lafarge-Bart. 

2 - "Porter un ventre en pointe prédit la naissance d'un garçon"

Faux. La forme que prend le ventre est en réalité due à 3 choses : la cambrure de la maman, l'élasticité de sa peau et la morphologie du bassin. Cette forme peut être corrigée en basculant son bassin vers l'avant et en se tenant bien droite, comme si on voulait rentrer son ventre.

3 - "Attendre une fille donne des boutons"

FAUX. Selon Bénédicte Lafarge-Bart, gynécologue-obstétricienne à Paris, "il n'y a aucune preuve de cette différence que vous attendiez une fille ou un garçon. D'ailleurs, vous pouvez avoir des boutons lors d'une grossesse, et aucun lors de la grossesse suivante".

4 - "Il faut manger pour deux"

FAUX. "Les besoins énergétiques sont légèrement augmentés, mais en aucun cas doublés !", explique la diététicienne Martine Walker. "L'augmentation maximale se situe en moyenne autour de 15% en fin de grossesse. Cependant, ces pourcentages restent des moyennes statistiques, et chaque femme a des besoins particuliers : le meilleur moyen est en effet de manger juste selon sa faim, qui traduit précisément les besoins en énergie", poursuit-elle. Manger pour deux, peut-être, mais pas deux fois plus. La prise de poids idéale se situerait autour de 12 kilos. 

5 - "Je dois arrêter de fumer avant de tomber enceinte"

VRAI. Dans l'idéal, c'est mieux. Mais il n'est jamais trop tard pour arrêter de fumer. Pour la gynécologue Bénédicte Lafarge-Bart, "le tabagisme aussi bien actif que passif est source de nombreuses complications : diminution de la fertilité et augmentation des grossesses extra-utérines, fausses couches, prématurité..." Du coup, il ne faut pas hésiter non plus à demander à son compagnon d'aller fumer dehors. Ce sera une bonne habitude de prise avant l'arrivée de bébé.

En vidéo

Mois sans tabac : une évolution inquiétante du nombre de fumeuses

6 - "Il y a plus de naissances les jours de pleine lune"

VRAI ET FAUX. Il ne semble pas y avoir plus de naissances ces jours que les autres. Selon Marie-Christine Bourg, sage-femme libérale à Paris, "nous constatons qu'il y a plus de va-et-vient aux urgences de la maternité les 3 jours avant/3 jours après, mais pas forcément plus d'accouchements".

7 - "L'allaitement va abîmer ma poitrine"

FAUX. C'est une idée reçue qui a la vie dure. "En fait, ce n'est pas l'allaitement qui abîme la poitrine, mais les variations de taille trop brutales de vos seins (notamment durant la grossesse et lorsque la montée de lait démarre très fort). L'allaitement permet même à la poitrine de reprendre sa taille plus doucement", indique Muriel Ighmouracène, infirmière-puéricultrice et consultante en lactation. "Il faut surtout faire attention à la montée de lait vers le 3e et 4e jour, où la poitrine peut gonfler brutalement. Un conseil, pendant 48 h, buvez modérément et donnez des petites tétées fréquentes, 5-10 minutes toutes les heures", poursuit-elle.

8 - "Allaiter fait maigrir"

VRAI. "L'allaitement aide à perdre les kilos pris en début de grossesse et stockés dans ce but", confirme notre consultante en lactation. "Lorsqu'on allaite, on consomme plus de calories donc théoriquement, allaiter permet de récupérer plus vite son poids d'avant. Et si vous ne maigrissez pas pendant l'allaitement (car chez certaines femmes, l'allaitement ouvre l'appétit), vous pourrez aussi perdre vos kilos au moment du sevrage".

9 - "Avoir des relations sexuelles peut faire mal au bébé"

FAUX. C’est une croyance encore répandue, notamment chez les futurs pères. Ainsi, 44% des hommes pensent que faire l’amour présente des risques pour le bébé, selon un sondage du site Parole de mamans. Et pourtant, selon la gynécologue Bénédicte Lafarge-Bart, "le bébé est bien à l'abri dans sa poche des eaux, le liquide amniotique l'isolant très bien. Au contraire, il ressentira un bien-être puisqu'il bénéficiera des endorphines de sa maman générées par l'orgasme".

10 - "Un tatouage en bas du dos peut compromettre la péridurale"

VRAI. "Le risque théorique est d'entraîner des pigments de l'encre du tatouage dans l'espace péridural et d'avoir ensuite des complications", explique François Bart, anesthésiste-réanimateur. "Dans la pratique, on fait en sorte de piquer une zone non tatouée ou bien de rechercher la meilleure solution pour la patiente".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter