Un patch pour réparer les cœurs après une crise cardiaque

Bien-être
DirectLCI
PROGRÈS - Des chercheurs britanniques ont annoncé avoir développé avec succès un patch permettant de réparer les dommages causés par une crise cardiaque. Fabriqué à partir de cellules humaines, il adopte le rôle d'un muscle en parfaite santé. Le dispositif devrait être testé sur les humains dans les deux prochaines années.

Il mesure trois centimètres sur deux et pourrait sauver des millions de vies. Une équipe de chercheurs de la Fondation britannique pour le cœur, qui fait partie intégrante de l'Imperial College London, a mis au point un patch capable de réparer les dommages causés par une crise cardiaque.


Constitué de cellules prélevées sur le patient lui-même, il peut se "fixer" sur son cœur pour devenir un muscle en parfaite santé. Le patch est aussi capable de relâcher des composés visant à réparer et à régénérer les cellules cardiaques. Un dispositif qui permettrait aux victimes d'attaques cardiaques de vivre plus longtemps, et mieux.

Des patchs qui battent spontanément au bout de 3 jours

"Ces dernières décennies, nous avons développé de très bon traitements pour les crises cardiaques. Aujourd'hui, il y a environ 1,3 millions de survivants au Royaume-Uni. Cependant, l'augmentation du nombre de ces survivants signifie que nous avons maintenant plus de patients qui vivent avec une insuffisance cardiaque", explique dans un communiqué le docteur Jabbour, membre de l'équipe de chercheurs. Or cette condition, incurable, débouche sur de nombreux problèmes de santé. Le cœur ne pompe plus aussi bien le sang, ce qui entraîne notamment un essoufflement et une fatigue qui s'aggravent au fil du temps. 


Les patchs, développés par l'équipe de scientifiques britanniques, permettent de soutenir le cœur dans ses efforts en faisant office de nouveau muscle. Fabriqués à partir de cellules pulmonaires humaines reconverties en cellules souches, des cellules capables d'adopter n'importe quelle fonction, ils se sont spontanément mis à battre trois jours après leur fabrication.

Des essais sur les humains attendus dans les 2 prochaines années

Des tests effectués sur des lapins et décrits dans une étude publiée en mai dans le British Medical Journal (BMJ) ont montré que ces dispositifs s'avéraient être très efficaces et ne perturbaient aucunement le rythme cardiaque. Selon la BBC, ils doivent être testés sur des humains dans les deux prochaines années.


À terme, les chercheurs espèrent pouvoir développer des patchs compatibles avec tous les patients composés de cellules de donneurs universels, "un peu comme le sang des donneurs universels qui peut être utilisé par n'importe qui", explique Thomas Owen, l'un des chercheurs ayant participé au développement des patchs. "

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter