Un tatouage changeant de couleur en cas de problème de santé développé par des chercheurs

Bien-être
ART MÉDICAL - Cette invention pourrait révolutionner le quotidien des diabétiques, des malades atteints d'insuffisance hépatique ou de désordres acido-basiques. Des chercheurs allemands sont actuellement en train de développer un tatouage capable de changer de couleur pour alerter sur le déséquilibre de certaines substances de leur organisme.

Allier l'utile à l'esthétique. Voilà l'objectif d'une équipe de huit chercheurs allemands. Ensemble, ils ont mis au point des encres de tatouage capables de changer de couleur en fonction de l'état de santé d'un patient. Loin d'être gadget, cette invention, décrite dans la revue Angewandte International Edition Chemie, pourrait permettre à des personnes ayant besoin de vérifier très régulièrement le niveau de certaines substances dans leur organisme de s'assurer en un clin d’œil que tout va bien, ou pas. C'est notamment le cas des diabétiques qui doivent parfois contrôler quotidiennement leur taux de glucose dans le sang, précise franceinfo. Le tatouage est aussi capable d'indiquer le niveau d'acidité (PH) et d'albumine de l'organisme.


Comme les tatouages traditionnels, l'encre doit pénétrer jusqu'au derme, soit sous la couche superficielle de la peau. En contact avec les veines, elle peut alors, grâce à des biocapteurs colorimétriques qui détectent l'activité biologique, changer de couleur en fonction du taux de métabolite, un composé organique se trouvant dans le sang.

Des tatouages qui pourraient exister d'ici quelques années

Pour l'instant seulement testée sur de la peau de porc, soit celle qui est la plus similaire à celle de l'Homme, cette découverte pourrait s'appliquer à ce dernier "dans cinq ans", estime auprès de franceinfo Ali Yetisen, l'un des chercheurs de l'équipe. "Nous sommes aussi en contact avec des institutions aux Etats-Unis et en Allemagne pour développer le projet", ajoute-t-il. Si le projet venait à se réaliser, les scientifiques estiment que ces tatouages pourraient aussi bien se faire dans un salon de tatouage qu'à l'hôpital.


Les recherches sont cependant loin d'être terminées car pour l'heure, seul le changement de couleur dû à un déséquilibre de PH s'est montré réversible. Pour le glucose et l'albumine, l'encre n'a pas retrouvé sa teinte initiale, ce qui rend l'intérêt du tatouage bien moindre.

Afin d'analyser au plus juste les changements de couleur de l'encre, l'équipe développe également une application mobile. La caméra du téléphone permettrait alors de quantifier précisément le taux exact de glycémie ou de pH, par exemple.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter