Les perfusions de vitamines auxquelles se shootent les stars arrivent en Europe : doit-on s'en inquiéter ?

Bien-être

ATTENTION DANGER - Depuis environ cinq ans, elles sont devenues la nouvelle cure à la mode. Régénératrices, revitalisantes, anti-gueule de bois... Après avoir conquis les États-Unis et le Canada, les perfusions de vitamines sont désormais accessibles en Europe. Le nutritionniste Raphaël Gruman nous explique pourquoi il faut à tout prix les fuir.

Pour se redonner du poil de la bête, certains se pressent un verre de jus d'orange. D'autres se font perfuser des vitamines. Depuis les années 2010, la mode outre-Atlantique est au "vitamin drip". Un coup de mou et hop ! On fonce à l'institut se faire une intraveineuse de vitamines et de minéraux pour plusieurs centaines d'euros. Un marché sur lequel surfent de plus en plus d'enseignes au Canada et aux États-Unis, à l'image de The Drip Room, créée en 2013 et Drip Doctors, créée en 2014. Selon les médias people, Rihanna, Gwyneth Paltrow, Chrissy Teigen, Madonna ou Adele, pour ne citer qu'elles, ne jureraient que par ces cures de vitamines. L'an dernier, le footballeur Samir Nasri a pour sa part été mis à pied pendant 6 mois après une enquête de l'agence antidopage espagnole. Elle l'accusait d'avoir aussi eu recours à ce type de traitement.

Si ce genre de pratique, qui permet, selon les marques, d'atteindre des sommets de bien-être et de vitalité pendant environ deux semaines, est autorisé en dehors du circuit médical en Amérique, mais aussi désormais en Espagne, au Royaume-Uni, en Irlande, au Liban ou encore au Koweït, il n'en est pas de même en France. Fort heureusement d'ailleurs, selon le nutritionniste Raphaël Gruman, que nous avons interrogé à ce sujet. Pour lui, ces perfusions, aussi appelées IV Drip, représentent un danger pour l'organisme. Kendall Jenner en aurait d'ailleurs fait les frais récemment, se faisant hospitaliser après s'être fait injecter des vitamines.

Lire aussi

Une intervention inutile et dangereuse

"C'est totalement inutile car nous sommes très peu carencés en vitamines dans les pays occidentaux", lance Raphaël Gruman. Or si votre statut est suffisant, un ajout de vitamines n'optimisera en aucun cas votre santé. Les bénéfices supposés seront donc davantage  psychologiques que physiologiques. "On peut perfuser des gens dans des cas extrêmes de dénutrition, de mal-nutrition. Mais dans la population occidentale il n'y a pas de carence de ce type-là, sauf maladie", ajoute le nutritionniste.

D'autre part, ces vitamines perfusées, de nature synthétique, seront bien moins assimilées que celles procurées par l'alimentation qui délivre "une combinaison de vitamines parfaite", poursuit-il Elles seront donc rapidement éliminées par l'organisme, qui, confronté à un surdosage, risque de saturer. D'autant que les instituts proposant ces perfusions vantent le fait qu'elles permettent d'apporter bien plus de vitamines et de nutriments que nous ne pourrions en avaler sous forme de comprimés. Des apports qui peuvent s'avérer très dangereux. "Le corps a une capacité maximale d'absorption de vitamines et une fois que celle-ci est dépassée, le surplus part dans les urines. Mais le risque, c'est d'abîmer ses reins et son foie car ils vont être obligés de sur-travailler pour éliminer le surplus de vitamines."

Lire aussi

Aux Etats-Unis, ces perfusions étant par ailleurs effectuées en dehors du cadre médical et la composition des préparations n'étant pas approuvée par la Food and Drugs Administration (FDA), les bénéficiaires ne peuvent avoir aucune garantie quant à leur sécurité. Certains additifs incorporés dans les préparations posent d'ailleurs question sur leur innocuité.

Voir aussi

Les cures de vitamines par intraveineuse ont été imaginées dans les années 60 par le docteur John Myer, qui officiait à l'époque  au Johns Hopkins Hospital, à Baltimore, aux États-Unis. Inventeur du Myer's cocktail, combinaison de Vitamin C, de calcium, de magnésium et de différentes vitamines B, il en faisait bénéficier les patients atteints de maladies chroniques telles que le syndrome de fatigue chronique, la fibromyalgie et l'asthme.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter