VIDÉO - Ce laboratoire bordelais produit de la peau grâce à une imprimante 3D

VIDÉO - Ce laboratoire bordelais produit de la peau grâce à une imprimante 3D
Bien-être

Toute L'info sur

Le 13h

REPORTAGE - C'est une révolution en perspective pour tous ceux qui espèrent pouvoir bénéficier un jour d'une greffe de peau : une société bordelaise a mis au point une technologie qui permet d'en produire avec une imprimante 3D, à partir de quelques cellules.

Le laboratoire bordelais dans lequel les équipes de TF1 vous emmènent dans le reportage ci-dessus dispose d'une technologie unique au monde : l'impression en 3D de tissus biologiques, grâce à une encre mélangeant cellules humaines cultivées en laboratoire et collagène. 

Depuis 2 ans, ses travaux servaient essentiellement à des sociétés cosmétiques pour tester des crèmes. Mais aujourd'hui, une équipe marseillaise veut aller plus loin. Cela fait plusieurs années qu'elle cultive de la peau pour greffer des grands brûlés. Et la technologie développée par le laboratoire bordelais pourrait lui permettre la production d'une surface de peau beaucoup plus importante à l'aide d'un simple prélèvement. Les perspectives sont vertigineuses : "On peut espérer que demain, dans tous les centres hospitaliers, on ait des bio-imprimantes pour fabriquer du tissu sur-mesure pour les patients, assure aux caméras de TF1 Jérémy Magalon, pharmacien biologiste du département de thérapie cellulaire de l'Assistance-Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Là, poursuit-il, on en est aux balbutiements. On démarre avec quelque chose qu'on connaît bien, la peau, qui ne sera pas très invasive pour le patient, mais pourquoi pas demain faire demain des choses qui soient plus complexes, plus ambitieuses".

Lire aussi

Il reste encore à franchir quelques étapes avant de parvenir à une première greffe de peau fabriquée en 3D chez un patient. Si tout va bien, cela pourrait être possible dans 12 à 18 mois. 

Avec la même technologie, note par ailleurs le reportage de TF1, une autre équipe vient de créer un fil avec des cellules de peau humaine. Objectif cette fois-ci : le tisser pour réparer les parois des vaisseaux sanguins.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent