Prouesse scientifique : des paraplégiques remarchent pour la première fois sans aucune assistance

Bien-être
DirectLCI
LES MIRACLES DE LA SCIENCE - Paraplégiques depuis plusieurs années, trois participants à un essai clinique en Suisse ont pu recouvrer le contrôle des muscles de leurs jambes et ont pu marcher grâce à des stimulations électriques. Et, fait totalement inédit, ils ont même réussi à se passer de ces stimulis pour marcher.

La science avance à pas de géant. Alors que nous vous parlions mi-septembre de la prouesse de scientifiques américains, qui ont réussi à faire remarcher des personnes paralysées grâce à une électrode implantée dans leur moelle épinière, un autre exploit a été annoncé mercredi.


Un essai clinique, mené en Suisse, et dont les résultats ont été publiés dans les revues Nature et Nature neuroscience,  a permis à plusieurs paraplégiques de recouvrer le contrôle de leurs muscles avec mais aussi sans la stimulation électrique de seize électrodes cette fois implantées dans leur colonne vertébrale.

Seize électrodes pour stimuler un à un les muscles des jambes

Contrairement aux autres programmes de rééducation qui fonctionnent avec la stimulation continue d'une seule électrode, l'équipe de chercheurs a implanté ici, dans la moelle épinière des volontaires, seize électrodes. Chacune d'entre elles active tour à tour, grâce à des impulsions électriques, les muscles des jambes pour permettre au patient de marcher. Une stimulation fractionnée qui semble beaucoup plus efficace pour la coordination des mouvements. "La marche, c'est toute une symphonie d'activations musculaires, explique à France 3 le professeur Grégoire Courtine, chercheur à l'école Polytechnique de Lausanne, qui dirige cette étude. Les muscles sont activés à des moments extrêmement précis : phase d'appui, phase de propulsion phase d'oscillation et c'est vraiment cette séquence d'activation musculaire qu'on essaie de reproduire avec la stimulation." Cette première phase permet aux muscles, inutilisés depuis longtemps, de se remettre d'aplomb, et aux patients d'augmenter son endurance.

Pour moi, c'est quelque chose de totalement nouveau.Jocelyne Bloch, neurochirurgienne

Lors de la seconde phase se déclenche après trois à cinq mois d'entraînement. Les chercheurs ont observé une récupération neurologique. C'est-à-dire que le cerveau rétabli, du moins partiellement, des connexions avec la moelle épinière, ce qui rend possible certains mouvements sans stimulation. Une découverte qui a suscité l'étonnement. "Je travaille dans la neuroscience depuis longtemps maintenant et je sais que quand vous avez une blessure à la colonne vertébrale, s'il n'y a pas de progrès rapide, cela restera comme ça, explique à la BBC Jocelyne Bloch, la neurochirurgienne qui travaille avec le professeur Courtine. Et là, j'ai remarqué pour la première fois un changement, et cela même à l'état chronique. Pour moi, c'est quelque chose de totalement nouveau."

Des progrès encore attendus

En tout, trois hommes ont participé à cet essai clinique : David, un Suisse de 28 ans paralysé à la suite d'un accident de sport en 2010, Gert-Jan, un Néerlandais de 35 ans victime d'un accident de vélo en 2011 et Sebastian, un autre Suisse de 47 ans accidenté de VTT en 2013. Il est le plus gravement atteint. Après plusieurs mois d'entraînement, il parvient à marcher en laboratoire avec l'aide d'une stimulation électrique. Gert-Jan parvient à parcourir de courtes distances sur ses jambes, même sans stimulation. "Je devrais bientôt arriver à faire un barbecue moi-même debout", se réjouit-il auprès de l'AFP. David, lui, est pour l'instant celui qui progresse le plus. Il a réussi l'exploit de marcher sans stimulation ni déambulateur. 


Pour Jocelyne Bloch, il ne fait nul doute qu'ils pourront encore progresser, "mais cela implique un entraînement sans relâche". Les chercheurs souhaitent maintenant tester cette neurotechnologie très tôt après le traumatisme, quand le système neuromusculaire n'a pas encore subi l'atrophie engendrée par la paralysie.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter