Paralysé, il parvient à remarcher grâce au yoga et raconte son histoire dans un documentaire

Bien-être

PARCOURS DE VIE - Stéphane Haskell doit son salut au yoga. Soudainement privé de la sensibilité de ses jambes, il est parvenu petit à petit, presque miraculeusement, à retrouver son autonomie. Dans son film "Debout", sorti en salles ce mercredi 24 avril, il raconte comment le yoga peut aider ceux qui, comme lui, font face aux plus grandes difficultés.

Il s’est relevé contre toute attente. Il y a dix ans, Stéphane Haskell s'est retrouvé paralysé par le "syndrome de la queue de cheval", une atteinte des racines nerveuses du bas du dos. Opéré d'urgence, il peine, malgré plusieurs mois de rééducation, à retrouver son autonomie et souffre d'atroce douleurs. C'est finalement le yoga, une discipline qu'il découvre avec autant d'avidité que de souffrances, qui lui permettra de marcher à nouveau.

Pour célébrer ce retour à la vie et faire connaître au plus grand monde cette discipline, il entreprend de tourner un documentaire sur le sujet, intitulé "Debout". Il parcourt alors le monde, des couloirs de la mort aux États-Unis aux bidonvilles africains, pour montrer comment le yoga parvient à toucher et élever au dessus de leur condition les personnes plongées dans de grandes difficultés.

La chute

Tout remonte au début des années 2000. Alors photographe reporter pour l’agence Sipa à New York, le quadragénaire "brûle la vie par les deux bouts". Il consomme en toute déraison alcool et médicaments. Il est dépendant. De sorte qu’il ne sent pas les signaux d’alerte que son dos lui lance. Un jour de mars 2006, "tout a lâché", se souvient-il auprès de LCI. La sensibilité de ses jambes disparaît, "les nerfs sont sciés". Il est hospitalisé d’urgence puis placé sous sondes. "On ne peut rien prédire, on ne peut pas dire que c'est foutu, on ne peut pas dire que vous allez remarcher dans un, trois, six mois..."

Après plusieurs mois de rééducation dans un centre normand, Stéphane Haskell n’a toujours pas retrouvé son autonomie. Il souffre terriblement et n’a récupéré qu’un périmètre de marche d’une cinquantaine de mètres. "Ça a été une période où j'ai pensé à me suicider parce que les douleurs étaient telles que je ne voyais pas comment j'allais continuer à vivre comme ça", affirme-t-il. Au bord du gouffre, il fait alors une rencontre qui va changer sa vie : une professeure de yoga, Thérèse Poulsen, qui lui assure qu’il peut s’en sortir. "Elle m’a donné 3 ans", nous explique-t-il. Il se rend alors dans son centre, en Allemagne, et s’adonne de tout son être au yoga.

Lire aussi

La remontée

Malgré les douleurs, malgré le découragement, il parvient, lentement mais sûrement, à faire des progrès. "Elle m'a ouvert des portes qui m'ont tout de suite parlé. Et j'ai compris que la guérison allait venir de moi", témoigne Stéphane Haskell. Il se reconnecte petit à petit avec le bas de son corps grâce à des exercices de posture, de visualisation, de respiration. Aujourd’hui, au terme d’années de souffrances et d’efforts sans relâche, il remarche malgré des douleurs toujours quotidiennes. "Mais de là où je viens et des pronostics qu'on m'avait donnés à l'époque, c'est complètement incroyable", s'enthousiasme le photo-reporter.

Voyant arriver le bout du tunnel, Stéphane Haskell a d'ailleurs fait une promesse à sa professeure de yoga : réaliser un film sur cette discipline. Dès que sa forme le lui permet, il se rend pour cela en Inde, en Afrique, En Israël, en Palestine... A la rencontre de ceux qui se soignent de leurs traumatismes, de leur blessures, de leur condition, grâce au yoga. Sorti au cinéma ce jeudi 24 avril, "Debout" est en réalité une ode touchante à la vie dans ce qu'elle a de plus simple, de plus profond et de plus humain.

Lire et commenter