Prouesse médicale à Lille : un homme de 88 ans opéré du cœur sous hypnose

Bien-être
DirectLCI
CHIRURGIE - Depuis quelques années, les médecins ont de plus en plus recours à l'hypnose. Elle permet de faire oublier la douleur en neurochirurgie, en traumatologie ou lors d'accouchements. La semaine dernière, un patient de 88 ans a été opéré du cœur, sous hypnose, au CHU de Lille, rapporte France Bleu. Une première dans le Nord-pas-de-Calais.

Le recours à l’hypnose est de plus en plus courant au sein des milieux hospitaliers. Depuis 2015, l’institut Curie, à Paris, l’utilise par exemple pour opérer les femmes atteintes d’un cancer du sein. La semaine dernière, un nouveau cap a été franchi avec l’opération à cœur ouvert d’un homme de 88 ans au CHU de Lille, rapporte France Bleu. Le patient, un habitant de Saint Jans Cappel, a subi une opération de la valve aortique sans anesthésie lourde. Alors que ses deux artères fémorales étaient incisées, pour y introduire deux fils guide remontant tout le corps jusqu’au cœur, et que sa valve aortique était remplacée, il a été hypnotisé par une infirmière spécialement formée. Cette forme d’anesthésie lui a évité de se voir administrer de la morphine ou des anxiolytiques.

Un réveil moins difficile et un patient ravi

"L’infirmière formée à l’hypnose a pris en charge le patient avant l’intervention. Donc déjà quand il arrive dans la salle de bloc opératoire, il est déjà un petit peu pris à l’hypnose. […] Le vrai plus, il se trouve vraiment en post-opératoire immédiat où le patient est complètement conscient, vous parle comme vous et moi", explique Arnaud Sudre, chef du service chirurgie interventionnelle au CHU de Lille, à France Bleu.


Pour préparer cette opération, l’infirmière avait rendu visite au patient la veille, pour cerner un peu ses centres d’intérêts et ses passions. De quoi nourrir la séance d’hypnose pendant l’opération et "l’amener dans le monde qu’il aimait" : l'octogénaire a parlé de sa passion pour les voyages et de jardinage pendant qu'il passait sous le bistouri. S'il dit après coup "n’avoir presque rien senti" et s'être même endormi quelques minutes, il avoue au micro de France Bleu n’avoir pas été très "chaud" au départ. "Ça ne me disait rien, je ne savais pas ce que c’était exactement que l’hypnose. […] Mais je suis très content d’être venu. Si on me disait que je devais recommencer de l’autre côté, je recommence tout de suite."

En vidéo

VIDÉO - Hypno VR avec Denis Graff, l'hypnose médicale pourra-t-elle remplacer l'anesthésie ?

Environ 80% de la population serait réceptive à l’hypnose. De quoi peut-être alléger le poids de certaines interventions. Selon France Bleu, une nouvelle opération de ce type sera réalisée dès la semaine prochaine au CHU de Lille, où plus de 90 membres du personnel paramédical ont été formés ou sensibilisés à l'hypnose.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter