VIDÉO - Toux sèche, respiration sifflante... Comment reconnaître la bronchiolite chez un bébé ?

Bien-être
SANTE – Votre enfant tousse et présente une respiration rapide et sifflante ? Il se pourrait bien qu’il ait une bronchiolite, un virus extrêmement contagieux, très fréquent chez les enfants de moins de deux ans, en particulier quand ils sont gardés en collectivité. Causes, symptômes et traitements : on vous explique tout.

Tous les hivers, c’est la même chose. Si votre enfant est gardé en collectivité, il y a des chances qu’il attrape une bronchiolite, un virus très contagieux, notamment chez les moins de deux ans, et dont les symptômes peuvent s'avérer impressionnants : toux qui ne s’arrête pas, respiration rapide et sifflante… Les parents se retrouvent bien souvent démunis – et inquiets – face à ces symptômes qui peuvent durer jusqu’à une quinzaine de jours. Pourtant, rassurez-vous : cette infection, causée le plus souvent par le virus Respiratoire Syncytial (VRS), qui touche les petites bronches (bronchioles), est souvent bénigne. Rares sont les cas où les enfants doivent être hospitalisés. 

Les causes

La bronchiolite se transmet directement, de personne à personne, par les sécrétions bronchiques (un éternuement, des postillons…) ou par un contact physique (comme un baiser). Ou indirectement, via les mains ou des objets contaminés par la salive : à la crèche, cela peut par exemple se transmettre par les jouets, qui sont manipulés par tous les enfants, les tétines ou encore les doudous - des nids à germes.

En vidéo

La bronchiolite, l’épidémie hivernale des nourrissons

Les symptômes

Généralement au départ, votre enfant commence par avoir un simple rhume, où une rhinopharyngite, qui peut être accompagnée d’une légère fièvre. Puis, progressivement, une toux sèche apparaît, suivie d’une gêne respiratoire, caractérisée par une respiration rapide et sifflante. La plupart du temps, vous remarquerez que votre enfant a des difficultés pour manger. 

Le traitement

Premier réflexe à avoir : amener votre enfant le jour même chez le pédiatre pour qu’il établisse un diagnostic précis.

Côté traitement, pas de miracle : il vous faut désencombrez le nez de votre enfant régulièrement avec du sérum physiologique ou un mouche bébé. Cette dernière option est parfois plus simple, tout dépend de comment réagit votre enfant. En tous les cas, dans la mesure ou un bébé ne peut pas lui-même évacuer ses sécrétions, charge à vous de l’y aider. Parfois, votre pédiatre vous prescrira également des séances de kinésie respiratoire pour votre enfant, qui l’aideront à expectorer du mucus : pour autant à ce jour, aucune donnée scientifique ne permet de conclure à son efficacité.


De votre côté, veillez à lui faire boire régulièrement de l’eau afin qu’il ne soit pas déshydraté. Continuez à l’alimenter normalement, en fractionné s’il rencontre des difficultés pour manger. Aérez régulièrement sa chambre (19 dégré maximum). Faites attention à ne pas exposer votre enfant au tabagisme passif (qui aggrave la maladie et favorise la rechute) et continuez à le coucher sur le dos.


Côté médicaments : s’il a de la fièvre, vous pouvez lui donner du paracétamol (adapté à son poids), mais ne lui donnez surtout pas d’antitussifs ou de fluidifiants bronchites, contre-indiqués chez le petit enfant. De toute façon pour guérir, votre enfant doit tousser, puisqu’il faut qu’il expulse ses sécrétions pour guérir. Si vous êtes tenté de lui donner du miel pour adoucir sa gorge attention : sa consommation est déconseillée chez les enfants de moins d'1 an, en raison du risque de botulisme infantile. 


La bronchiolite étant un virus, le traitement antibiotique n’a aucun effet. Il pourra en revanche vous être prescrit par un pédiatre en cas de surinfection bactérienne.


Pendant la durée de la bronchiolite, veillez à être attentif à l’évolution de l’état de santé de votre enfant. N’hésitez pas à retourner chez le médecin si votre enfant présente un battement des ailes du nez ou se met à respirer plus rapidement, si sa température augmente, si vous ne parvenez pas à le nourrir ou à le faire boire suffisamment ou si votre enfant change de comportement (s’il devient par exemple moins réactif, s’il pleure beaucoup…)


Après guérison, certains bébés font des rechutes. A partir du troisième épisode, les médecins parlent d’asthme du nourrisson. De toute façon, n’hésitez pas à reconsulter en cas de rechute. 

La vie en collectivité

Dans la mesure où ce virus est très contagieux, il est recommandé de garder votre tout petit à la maison pendant toute la phase aiguë de la bronchiolite. Selon l’évolution de la maladie, le retour en collectivité est généralement possible au bout de cinq à dix jours. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les maladies de l’enfance

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter