Votre enfant ronfle ou dort la bouche ouverte ? Il fait peut-être de l'apnée du sommeil (et c'est à prendre au sérieux)

Votre enfant ronfle ou dort la bouche ouverte ? Il fait peut-être de l'apnée du sommeil (et c'est à prendre au sérieux)

Bien-être
DirectLCI
DODO - L'apnée du sommeil chez les enfants est un trouble respiratoire encore peu connu. Ces derniers temps pourtant, il a été mis en lumière par les mises en garde très médiatisées d'une maman américaine publiées sur Facebook, ainsi que par une tribune publiée dans Le Monde par des médecins. LCI vous en dit plus sur ce mal qui peut affecter la santé et le comportement de votre enfant.

"Les enfants ne doivent pas respirer par la bouche. Ni lorsqu'ils sont éveillés, ni endormis. Jamais." Il y a quelques semaines, une maman américaine se posait en lanceuse d'alerte sur les réseaux sociaux pour éveiller les consciences sur l'apnée du sommeil infantile, dont son fils, Kian, est atteint. Dans un long message posté sur Facebook, elle décrit comment il a été diagnostiqué hyperactif à tort, à cause de son comportement, alors que ses agissements, découvre-t-elle finalement en lisant un article, sont en fait liés à ce trouble respiratoire du sommeil. "L'article [...] parlait du rapport entre l'hyperactivité, les troubles respiratoires du sommeil et la respiration buccale. Chaque mot dans cet article faisait référence à Kian."


Comme lui, 2 à 5% des enfants sont atteints d'apnée du sommeil. Un trouble infantile dont la méconnaissance a fait l'objet il y a peu d'une tribune publiée dans Le Monde, signée par plusieurs médecins. La situation est en effet préoccupante dans la mesure ou celui-ci peut avoir de lourdes conséquences sur la santé et la vie de l'enfant, s'il n'est pas diagnostiqué à temps. Nous avons contacté Nicolas Leboulanger, ORL et chirurgien cervico-faciale pédiatrique à l'hôpital Necker, à Paris, pour en savoir plus.

Des conséquences préoccupantes sur le long terme

"Il s'agit de plein de petites, ou grosses, pauses respiratoires pendant le sommeil qui entraînent des micro-éveils", explique-t-il. Celles-ci peuvent être dues à l’obstruction des voies aériennes supérieures, elle-même généralement causée par le développement excessif des végétations, et, ou, des amygdales. Des allergies, un surpoids ou la présence d'une petite mâchoire peuvent aussi être responsable de ce trouble qui fait qu’allongé et endormi, l'enfant doit consacrer des efforts importants pour respirer. "La personne qui vit cette apnée n'en a pas forcément conscience, mais ceux-ci fragmentent, brisent le sommeil, précise l'ORL. Il n'est donc pas, ou peu réparateur et cela a des conséquences importantes chez l’adulte, mais surtout chez l’enfant qui est en développement." L'apnée du sommeil peut apparaître dès 18 mois.


Des troubles de l'apprentissage et du comportement, et, dans le cas d'apnée aiguë, des troubles de développement de manière générale peuvent apparaître. "C’est quelque chose d’insidieux et de lent mais ça peut avoir de lourdes conséquences", nous assure le spécialiste. L'équilibre cardiovasculaire par exemple,  peut être touché. Lorsqu'une personne est en apnée, la concentration de CO2 monte dans le sang, ce qui est est générateur d’hypertension artérielle. Une prise de poids peut aussi se manifester, en raison de la perturbation du cycle hormonal pendant la nuit. L’efficacité de l'insuline, par exemple, qui gère le taux de sucre dans le sang, est directement liée au sommeil. Une nuit agitée ou écourtée provoque une baisse de la production de cette hormone et de son efficacité.

Des signes qui mettent la puce à l'oreille

Plusieurs signes peuvent prouver la présence d'apnée du sommeil, chez l'enfant comme chez l'adulte. Il y a d'abord le ronflement, qui touche environ 10% des enfants. "Un enfant qui ronfle, ce n’est pas normal, avertit l'ORL. Évidement ça peut arriver pendant un rhume. Mais si le ronflement persiste sur plusieurs semaines, il faut consulter." Le ronflement est en effet dû à une vibration des structures respiratoires. Elles sont théoriquement rigides, mais un rétrécissement sur une petite partie du conduit peut engendrer une vibration lors du passage du flux d'air. En cas d'obstacle, la respiration s'arrête. Il s'agit alors d'apnée du sommeil.


Le fait de respirer par la bouche peut aussi être un indice. "Le mode normal de respiration du sommeil, c’est par le nez, assure le spécialiste. Ce qui fait que même si on a l’habitude de respirer par la bouche, il y a peut-être un moment dans la nuit ou le corps va se mettre en position normale, fermer les écoutilles, et ne faire respirer que le nez. S’il est bouché, ça bloque. Et le temps que tous les signaux chimiques et nerveux se mettent en place pour rouvrir la bouche en cas d’urgence, on fait une apnée." Au-delà de cette problématique, la qualité du sommeil est également dégradée par le fait que la gorge est asséchée par la respiration buccale.


L'association InterDisciplinarité enfant adolescent sommeil (Ideas), qui vise à promouvoir le diagnostic des troubles respiratoires obstructifs du sommeil, note également dans la liste des symptômes une soif persistante pendant la nuit, des sueurs nocturnes, de la bave sur l’oreiller, des cauchemars, ou encore des grincements de mâchoire. La journée, l'enfant peut manifester de la colère, de l'agressivité, mais aussi des troubles de l'attention et de l'apprentissage.


Même si, malgré la présence d'un ou plusieurs symptômes, il ne s'agit pas forcément d'apnée du sommeil, mieux vaut en parler à un médecin.

Quelles solutions ?

Les solutions pour lutter contre l'apnée du sommeil sont assez efficaces. Dans un premier temps, et selon les cas, un traitement peut-être mis en place. Il peut par exemple s'agir d'éliminer les allergies dont peut-être atteint un enfant ou d'un régime visant à faire perdre du poids à un enfant obèse. Chez un enfant dont la mâchoire présenterait un obstacle, de l'orthodontie peut être envisagée. Dans le cas d'une hypertrophie des végétations ou des amygdales, la chirurgie peut être envisagée. "Cette intervention est en générale très efficace", note Nicolas Leboulanger.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter