"14 millions de cris" : Julie Gayet dans le film de Lisa Azuelos

"14 millions de cris" : Julie Gayet dans le film de Lisa Azuelos

CINÉMA
DirectLCI
EXCLU - La réalisatrice française Lisa Azuelos signe "14 millions de cris", un court métrage poignant pour dénoncer le fléau du mariage forcé qui touche 14 millions de femmes dans le monde. Avec au générique Julie Gayet et Alexandre Astier.

Sans elle, le projet n'aurait jamais eu le même impact. Pour son court métrage sur le mariage forcé, intitulé 14 millions de cris, diffusé sur le net à l'occasion de la Journée de la femme qui se tient le 8 mars, Lisa Azuelos a choisi une actrice ultra-médiatisée... Julie Gayet . Faire jouer celle dont la liaison avec François Hollande a fait le tour du monde était effectivement un excellent moyen de s'assurer un maximum de buzz. "Il faut se servir du système puisqu'on ne peut pas le combattre, explique Lisa Azuelos. Julie qui est plus qu'intelligente a accepté tout de suite. Cela fait deux ans qu'on est en collaboration assez étroite. J'ai notamment participé à son documentaire sur les femmes réalisatrices. De plus, j'ai dû faire appel à des gens prêts à se mobiliser gratuitement et rapidement, donc à des amis comme Alexandre Astier et Philippe Nahon."

Si le tournage a lieu il y a seulement trois semaines, cela fait très longtemps que la réalisatrice de LOL avec Sophie Marceau tenait à s'engager contre le mariage forcé. "J'ai du mal à comprendre pourquoi les femmes sont les dernières esclaves dans le monde, pourquoi la communauté internationale accepte que 14 millions de jeunes filles soient mariées de force et se fassent violer chaque année", raconte Lisa Azuelos dont le film commence à la sortie d'un collège.

70 000 femmes concernées en France

Entourée d'amies, Emma donne rendez-vous au cinéma à un garçon. De retour chez elle, sa mère (Julie Gayet) lui demande de se préparer pour une sortie surprise. Sous les yeux attendris de son père (Alexandre Astier), l'adolescente de 12 ans enfile une magnifique robe blanche. La famille arrive ensuite à la mairie où Emma est remise à un vieux bonhomme au regard concupiscent (Philippe Nahon). Sous les applaudissements des invités, les voilà unis par le lien du mariage. La vidéo de 4 minutes s'achève sur un cri de l'enfant face à l'homme en train de baisser son pantalon.

En France, 70 000 jeunes femmes seraient mariées de force chaque année. Ces unions concernent essentiellement les communautés turques, maghrébines, d'Afrique noire et asiatiques. Mais Lisa Azuelos, elle, a pris le parti de mettre en scène ce fléau chez des Parisiens aisés. "Je ne suis pas là pour braquer la lumière sur une population et dire regarder ce qu'ils font à leur femme, déclare-t-elle. De plus, on a besoin de s'identifier pour être en empathie. C'est pourquoi j'ai choisi de tourner à Paris. Quand les gens vont voir ce film, ils vont ressentir quelque chose qu'ils ne pourraient pas ressentir si cela ne les concernait pas. C'est malheureux mais très humain. Mon métier en tant qu'artiste c'est d'interpeller les gens dans leur sensibilité." Mission réussie. Entre les images en noir et blanc, la réalisation magnifique et la bande sonore ''Everything's gonna be alright'' de Sweetbox, le film touche en plein cœur.

Lire et commenter