3 bonnes raisons d'adopter "Le Fils de Jean"

CINÉMA
CRITIQUE – Le réalisateur de "Je vais bien", ne t’en fais pas et "Welcome" dirige Pierre Deladonchamps dans "Le fils de Jean", drame pudique sur la quête d’origines d’un trentenaire. LCI vous explique pourquoi il faut embarquer pour ce voyage intime.

3 bonnes raisons d'adopter Le Fils de Jean

  • 1Pour son sujet universel

    Tout le monde a besoin de savoir d’où il vient. Mathieu, papa et célibataire, n’a lui jamais connu son père. Jusqu’à un appel téléphonique : au bout du fil, depuis le Québec, un homme lui révèle l’identité de son géniteur mais aussi sa mort et l’existence de deux demi-frères. Le trentenaire saute alors dans un avion pour faire leur connaissance. Après Je vais bien, ne t’en fais pas, Philippe Lioret s’attaque une nouvelle fois au secret de famille et aux rapports filiaux dans ce drame sobre et sensible, dans la droite lignée de ses autres films.
  • 2Pour sa pudeur

    Pas d’effusions de sentiments, de pathos ou de sensiblerie ici : conté comme un polar (la disparition, le secret, l’enquête, la révélation...), Le fils de Jean se tient à bonne distance de son sujet. Si, parfois, l’émotion, un peu verrouillée par ce parti pris, peine à jaillir, la délicatesse du traitement et la sobriété de l’écriture l’emportent, sublimées par la force de l’interprétation.
  • 3Pour son duo d'acteurs

    Ceux qui avaient vu Le Démantelement se souviennent sans aucun doute de Gabriel Arcand, acteur canadien à nouveau parfait en meilleur ami mystérieux du papa défunt, en gardien du secret entourant l’existence de Mathieu. Lequel est ici incarné par Pierre Deladonchamps qui, après son César du meilleur espoir masculin pour L’inconnu du lac, confirme son talent avec cette composition toute en réserve et finesse. Adoptez-le sans plus attendre avant de le retrouver dans le non moins subtil Eternité de Tran Anh Hung le 7 septembre.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter