3 bonnes raisons d’attendre "Le 15 :17 pour Paris" de Clint Eastwood

CINÉMA
DirectLCI
PREVIEW - En salles en France le 7 février prochain, "Le 15 :17 pour Paris" raconte l’attaque terroriste avortée du Thalys Amsterdam-Paris, le 21 août 2015. Derrière la caméra, le grand Clint Eastwood. Devant, les trois héros américains du drame.

C’était il y a moins de 3 ans. Le 21 août 2015, le terroriste Ayoub El Khazzani monte à bord du Thalys 9364 entre Amsterdam et Paris. Armé d’une kalachnikov, il va terroriser les 500 passagers avant d’être neutralisé par trois amis Américains, en vacances en Europe…

Parce que c’est un sujet encore brûlant

Combien de temps faut-il patienter avant de porter à l’écran un sujet d’actualité ? Si en France, la prudence est généralement de mise, Hollywood a coutume de s’emparer des sujets les plus graves, parfois quelques mois seulement après qu’ils aient fait la une des médias. L’héroïsme des trois héros américains du Thalys avait tout pour plaire à Clint Eastwood. Son film sera-t-il  scrupuleusement respectueux des faits ? Va-t-il susciter une polémique ou au contraire faire l’unanimité ? C’est en tout cas l’une des sorties les plus intrigantes de ce début d’année.

Parce que Clint Eastwood sait s’emparer de l’actualité

C’est la troisième fois consécutive que l’ex-Inspecteur Harry transforme le réel en fiction. Dans "American Sniper", il dressait le portrait du tireur d’élite Chris Kyle, interprété par Bradley Cooper, et signait le plus grand succès de sa longue carrière, avec plus de 540 millions de dollars de recettes dans le monde. Dans "Sully", il racontait comment un pilote de ligne était parvenu à poser son avion endommagé sur le fleuve Hudson, sans faire de victime. Le film, interprété par Tom Hanks avait lui aussi cartonné avec 240 millions de dollars de recettes. Rebelote avec "Le 15 : 17 pour Paris" ? 

Parce que le drame est joué par ses vrais héros

Le film est inspiré de l’autobiographie des trois héros américains du Thalys, Anthony Sadler, Alek Skarlatos et Spencer Stone.  Au lieu d’aller chercher de jeunes acteurs pour les incarner, Clint Eastwood a décidé de leur demander de jouer leur propre rôle. Un cas inédit dans l’histoire du cinéma, surtout si on considère qu’ils n’avaient jamais joué la comédie auparavant. Reste que le soldat Alek Skarlatos a l’habitude des caméras puisque quelques mois après son retour au pays, il a participé à la saison 21 "Dancing with the stars", la version US de "Danse avec les stars". Avec sa partenaire Lindsay Arnold, il a terminé à la 3e place.

>> "Le 15 : 17 pour Paris", de Clint Eastwood. Avec Anthony Sadler, Alek Skarlatos et Spencer Stone. En salles le 7 février.

Plus d'articles

Lire et commenter