3 bonnes raisons d'aller voir Cécile de France aimer Izia dans "La belle saison"

CINÉMA
CRITIQUE – La chanteuse de "La Vague" poursuit son ascension dans le petit monde du cinéma et tombe amoureuse de l’actrice belge dans une comédie dramatique féministe et seventies.

Parce que c'est une belle histoire d'amour
"C’est la première fois que je parle aussi frontalement de l’homosexualité." lance Catherine Corsini au sujet de son film. "Ca faisait longtemps que j’avais le désir de raconter cette histoire mais c’est Elisabeth (Perez, sa compagne, également productrice du film, ndlr) qui m’a poussée à travailler sur ce sujet, qui m’a donné ce courage, qui m’a guidée vers ce film." Lequel conte la relation passionnée mais contrariée entre Delphine et Carole dans le Paris des années 70. La première, fille de paysans, peinera à assumer son homosexualité auprès de sa famille quand la seconde, parisienne et membre du MLF, devra choisir entre son mari et sa maîtresse. La passion l’emportera-t-elle sur la pression sociale et familiale ? C’est là toute la question que soulève la réalisatrice de La Nouvelle Eve dans sa bien-nommée Belle saison.

Parce que c'est aussi un film militant
La love story s’inscrit ici dans la Grande Histoire, celle de la libération des femmes après 1968. "C’est un film avec des femmes, autour du mouvement des femmes avec une histoire d’amour entre deux femmes" explique ainsi la cinéaste qui rend un joli hommage aux premières féministes dont les combats ( le droit à l’avortement, l’égalité des salaires...) sont toujours d’actualité. Sa mise en scène et le jeu de ses comédiennes, premiers et seconds rôles confondus, sont à l’image de l’atmosphère de l’époque : solaires, vifs, et inspirés.

Parce que son duo d'actrices est fusionnel
Si Cécile de France apporte toute la lumière, la nuance et la classe nécessaires à son personnage de femme déchirée entre son présent et son possible futur, c’est Izia Higelin qui surprend le plus. Après Mauvaise fille et Samba, la chanteuse, sauvage et touchante, fait preuve d’un incroyable tempérament en fille de campagne empêchée dans sa vie de femme (par ses propres interdits et une mère paysanne jouée par une Noémie Lvovsky toute en finesse). Charnelles et complices, les comédiennes s’abandonnent corps et âme (scène de nu comprises) dans cet amour passion peut-être encore trop libre pour son époque. Intelligent et émouvant.

A LIRE AUSSI 
>>
  Interview : Izia Higelin se jette à l'eau >>  Cécile de France tourne avec Jude Law

Lire et commenter