"A coup sûr" : la recette d’un navet bien gratiné

"A coup sûr" : la recette d’un navet bien gratiné

CINÉMA
DirectLCI
MAUVAISE CUISINE - On ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs et la romancière Delphine de Vigan l’apprend à ses dépens avec son premier film de réalisatrice, "A coup sûr". L’auteur de "Rien ne s’oppose à la nuit" et "Les heures souterraines" nous livre ses secrets de fabrication pour réussir une comédie à la noix qu’elle trainera longtemps comme une vieille casserole.

1. Choisir une matière première avariée
Sur le papier, le postulat d’A coup sûr laissait craindre le pire avec son héroïne trentenaire et ambitieuse décidée à devenir le meilleur coup de Paris après avoir été vannée sur ses performances physiques par son dernier amant. Mais, avec Delphine de Vigan à la plume et derrière la caméra, on espérait intelligence, subtilité et pertinence. Râpé : la cinéaste débutante fait chou blanc avec un scénario fainéant et des dialogues indignes de son talent.

2. Oublier de pimenter la sauce

Comble du ratage: Delphine de Vigan signe une histoire de fesses sans fesses. Tout se passe hors champ et la bagatelle n’est ici évoquée qu’à travers des galipettes tournées en dérision, des cheveux en bataille et des chemises mal boutonnées. Résultat : A coup sûr manque terriblement de chair et se rapproche plus du vaudeville ringard que de Judd Apatow.

3. Ne pas y aller avec le dos de la cuillère

Faute d’idées subtiles et novatrices, l’apprentie cinéaste met les bouchées doubles sur les quiproquos boulevardiers et les gags éculés. Au menu pour sa grande courge en pleine étude du Kâmasûtra : un œuf vibrant télécommandé qui la met dans une position inconfortable face à ses collègues, des parties de jambes en l’air avec un stagiaire crétin ravi de tremper son biscuit, un training sportif pour devenir plus souple.... Navrant !

4. Ne pas jouer son rôle de chef

Peu ou mal dirigés, Laurence Arné et Eric Elmosnino sont à côté de la plaque et composent des personnages sans saveur. Lui cabotine et continue de gâcher son talent dans de mauvaises comédies (après Le Cœur des hommes 3 et Hôtel Normandy) et elle, recycle (mal) son rôle de DRH nympho dans Working Girls, la série de Canal+.

5. Faire bouillir la marmite

Difficile de comprendre ce qui aura poussé Delphine De Vigan à franchir le cap et à prendre le spectateur pour une triple andouille ... si ce n’est peut-être l’envie de mettre du beurre dans les épinards.

Lire et commenter