"Adama" ou le joli hommage animé aux tirailleurs sénégalais

"Adama" ou le joli hommage animé aux tirailleurs sénégalais

CINÉMA
DirectLCI
CRITIQUE - Présenté en compétition au dernier Festival d’Annecy, "Adama" de Simon Rouby, en salles ce mercredi, retrace le parcours semé d’embûches d’un adolescent africain. Lequel quitte son village pour rejoindre le front de la Grande Guerre.

1916. Adama, 12 ans, vit paisiblement dans un village reculé d’Afrique de l’ouest. Malgré la beauté du paysage - arbres centenaires et autres cascades luxuriantes -, l’adolescent a un peu le sentiment d’être enfermé dans une prison à ciel ouvert. La faute notamment aux imposantes falaises qui le tiennent à distance des ennemis Nassaras. Une nuit, tout bascule lorsque son frère Samba disparaît. Déterminé, le jeune héros va alors contrevenir à la parole des anciens pour partir à sa recherche. Jusqu’aux lignes de front de la première guerre mondiale…

Une page de l’Histoire 

Les films d’animation aux sujets forts ne courent pas les rues. Raison pour laquelle Adama, premier long métrage de Simon Rouby, mérite clairement le détour. Loin du ronron des productions ivres de gentils animaux et de princesses chantantes, le scénario de Julien Lilti, co-auteur du génial Hippocrate, fait la part belle à l’Histoire, dont il réhabilite un pan important. Inspirée de la vie d’Abdoulaye N’Diaye, dernier survivant du contingent de "La Force Noire", l’oeuvre en question salue le courage des tirailleurs sénégalais partis combattre aux côtés de la France durant la conflagration de 14-18.

Si son héros manque d’épaisseur, tout comme certains personnages secondaires, et que l’écriture pêche ponctuellement, Simon Rouby parvient à signer un conte universel probant, situé au carrefour de multiples influences culturelles (des artistes des quatre coins du globe ont participé à l’aventure). Rencontre entre l’animation 3D et les arts du dessin, de la peinture, de la sculpture d’argile et de l’encre magnétique, le résultat détonne par ailleurs grâce à son identité visuelle inédite. Joli, instructif et touchant. 

A LIRE AUSSI >> Notre interview d'Audrey Tautou pour le film d'animation "Phantom Boy"
Lire et commenter