Asia Argento dans la tourmente : qui est vraiment la star qui accuse Harvey Weinstein ?

PORTRAIT - Les révélations du "New York Times" concernant l’accord financier entre Asia Argento et le jeune acteur Jimmy Bennett viennent brouiller l’image de la star italienne, figure de proue du mouvement #MeToo. Une étape supplémentaire dans la carrière d’une artiste qui a toujours aimé flirter avec les limites. Y compris à ses dépens...

Avec Asia Argento, il a toujours été difficile de séparer le vrai du faux. Prenez "Scarlet Diva", son premier film de réalisatrice, sorti au début des années 2000. Elle y incarne Anne Batista, une jeune comédienne sulfureuse qui rêve de passer derrière la caméra pour ne plus être dépendante du désir des hommes qui dirigent le monde du cinéma. Tiens, tiens. Dans sa quête d’indépendance, l’héroïne se rend à Los Angeles où elle croise la route d’un producteur américain qui tente d’abuser d’elle dans sa chambre d’hôtel. 


17 ans plus tard, dans l’enquête à sensation publiée par le "New Yorker", elle révélera à Ronan Farrow que la scène lui a été inspirée par sa rencontre, en 1997, avec le tristement célèbre Harvey Weinstein. Elle n’avait alors que 16 ans. L’agression sexuelle n’a pas eu lieu en Californie mais dans un palace de la Côte d’Azur. Mais la vraie différence est plus terrible. "Dans le film que j’ai écris, je parviens à m’enfuir", précise-t-elle au journaliste. 

Devenue une figure de proue du mouvement #MeToo, la jeune femme aujourd’hui âgée de 42 ans viendra rappeler les méfaits de l’ancien patron de Miramax sur la Croisette lors d’un discours choc durant la cérémonie de clôture du 71e Festival de Cannes, en mai dernier. Une posture aujourd’hui ébranlée par les révélations du New York Times qui affirme dimanche 19 août que la star italienne a récemment versé 380.000 dollars au comédien Jimmy Bennett qui l’accuse de l’avoir agressé sexuellement en 2013, lorsqu’il avait 17 ans, dans une chambre d’hôtel en Californie. Des faits qu'elle nie ce mardi 21 août dans un communiqué relayé par le quotidien italien "La Repubblica".

Asia Argento connaît bien Jimmy Bennett puisqu'elle l’a dirigé enfant et lui a donné la réplique en 2004 dans "Le Livre de Jérémie", l’histoire d’une prostituée junkie qui travestit son fils pour attirer ses clients. Là encore, la réalité va se mêler à la fiction. Deux ans après la sortie du film, Asia Argento découvre en effet que J.T. Leroy, le jeune écrivain dont elle a adapté le livre, n’existe pas. Ou tout du moins qu’il est né de l’imagination d’une auteure plus âgée, Laura Albert, qui a engagé sa belle-sœur Savannah Knoop pour l’incarner en public. 

En 2016, Asia Argento découvrira dans un documentaire que leur conversations ont été enregistrées à son insu. Plus troublant encore, Laura Albert y laisse entendre que l’Italienne a eu des relations sexuelles avec Savannah pour obtenir les droits du livre. "C’est un manque d’éthique absolu", réagit-elle alors auprès New York Times. "En tant que réalisatrice, je ne ferai jamais ça ; en tant qu’être humain non plus." Ce psychodrame surréaliste mis à part, "Le Livre de Jérémie", dérangeant à souhait, avait confirmé la singularité de la fille de Dario Argento. 


Le maître incontesté du "giallo", le cinéma d’épouvante italien, n’a pas été très présent durant l’enfance d’Asia. Plus tard, il la fera tourner à trois reprises. Au fil des années, elle va s’inventer un personnage de baby doll trash, tatouée et grande gueule, qui lui ouvrira les portes d’une belle carrière internationale, de "La Reine Margot" de Patrice Chéreau (1994) à "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola (2006), en passant par le blockbuster "xXx" avec Vin Diesel (2002). Asia Argento ne tourne pas que des chefs d’œuvre, loin de là. Mais sa présence vénéneuse ne laisse jamais indifférent, à l’image de son rôle de call girl qui hypnotise le pauvre Willem Dafoe dans le "New Rose Hotel" d’Abel Ferrara (1998).

Disons qu'il est plus simple de raconter des histoires en faisant un film que de les raconter à son psyAsia Argento, en 2014 dans "Le Nouvel Obs"

En 2014, Asia Argento réalise "L’Incomprise", un virage plus sobre dans la forme, mais pas moins personnel. L’histoire d’une adolescente ballottée entre ses parents artistes, qui lui donne l’occasion de diriger Charlotte Gainsbourg, une enfant de la balle comme elle. A l’époque, la star annonce ne plus vouloir faire l’actrice, même si elle a adoré jouer la prostituée lesbienne Charly dans la saison 5 de la série "Mafiosa" sur Canal +. Lorsque nos confrères de L'Obs lui demandent si elle conçoit le cinéma comme une psychanalyse, elle livre cette confidence savoureuse : "Disons qu'il est plus simple de raconter des histoires en faisant un film que de les raconter à son psy."

Côté privé, la Romaine assume ses amours aussi multiples que tumultueuses. Elle est mère d’une fille, Anne-Lou, aujourd’hui âgée de 17 ans, née de sa romance avec le chanteur italien Marco Castoldi. En 2008, elle épouse le réalisateur Michele Civetta, avec lequel elle aura la même année un petit garçon, Nicola Giovanni. Le couple se sépare en 2013 et Asia Argento va rester discrète sur sa vie amoureuse jusqu’à l’officialisation, début 2017, de son histoire d’amour avec le chef américain Anthony Bourdain. Après l’affaire Weinstein, il lui témoignera à plusieurs reprises son soutien et son admiration. Il s’est donné la mort le 8 juin dernier, en marge du tournage d’une émission de télé en Alsace.

L’affaire Jimmy Bennett va-t-elle porter un coup fatal à son parcours ? La jeune femme s’était réinstallée en Italie depuis quelques semaines, après l’avoir fui suite aux attaques de la presse conservatrice à l’automne dernier. Elle avait notamment rejoint le jury du télécrochet "X-Factor" dont Sky Italia devait entamer la diffusion le 6 septembre prochain. Alors que la police de Los Angeles envisage désormais d’ouvrir une enquête sur les faits ces dernières heures, la chaîne pourrait être contrainte de revoir ses plans. Et de couper au montage un personnage dont l’image auprès du grand public est plus brouillée que jamais. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter