Bertolucci répond aux accusations sur la scène de viol du "Dernier tango à Paris"

CINÉMA

POLÉMIQUE - Le réalisateur Bernardo Bertolucci s’est défendu après le retour sur le devant de la scène de la polémique sur la scène du viol de Maria Schneider par Marlon Brando dans "Le Dernier Tango à Paris".

Face à la déferlante de reproches, il est sorti de son silence. Bernardo Bertolucci a réagi alors que la polémique sur la scène de sodomie du Dernier tango à Paris a refait surface. C’est un article du Elle américain, paru vendredi 2 décembre, qui a déclenché cette nouvelle salve de critiques. Ce film, sorti en 1972, raconte l’histoire d’une passion torride entre une jeune Française, jouée par Maria Schneider, et un veuf américain de passage à Paris, interprété par Marlon Brando.

Une des séquences montre la jeune femme allongée sur le sol d'une cuisine se faire sodomiser contre son gré à l’aide d’une plaquette de beurre. Une mise en scène particulièrement violente et dont l’actrice n’avait pas été mise au courant auparavant. Le réalisateur italien l’a lui-même avoué dans une intervention filmée en 2013 à la Cinémathèque française. 

Maria savait tout parce qu'elle avait lu le scénario où tout était décrit. - Bernardo Bertolucci

Lundi 5 décembre, alors que l’information était largement relayée sur Internet, Bernardo Bertolucci s’est insurgé via la diffusion d’un communiqué contre les accusations d’agression sexuelle envers Maria Schneider. "Je voudrais, pour la dernière fois, clarifier un malentendu ridicule qui continue à être rapporté à propos de Dernier tango à Paris dans des journaux du monde entier. Certains ont pensé et pensent que Maria n'avait pas été informée de la violence subie (dans la scène). Faux ! Maria savait tout parce qu'elle avait lu le scénario où tout était décrit. La seule nouveauté était l'idée du beurre", a-t-il écrit. Il a également jugé "désolant" la naïveté de ceux qui ne savent pas que "le sexe est (presque) toujours simulé au cinéma".

Je ne voulais pas qu’elle joue l’humiliation et la rage, je voulais que Maria les ressente. - Bernardo Bertolucci

Reste qu’il y a trois ans, le réalisateur avait admis avoir voulu humilier la jeune femme au nom du réalisme. "Je ne voulais pas qu’elle joue l’humiliation et la rage, je voulais que Maria les ressente", avait-il déclaré. L’actrice âgée de 19 ans au moment du tournage – Marlon Brando avait alors 48 ans – a, de son côté, estimé que même si l’acte était simulé, il s’agissait d’une forme de viol. Ou tout au moins d'une agression sexuelle. Dix ans après la sortie du film, elle avait déclaré regretter ce tournage, disant avoir "perdu sept ans de vie" entre cocaïne, héroïne et dégoût de soi.

Aux Etats-Unis, la polémique a été reprise par de nombreux médias et plusieurs stars ont également exprimé leur dégoût sur Twitter. "A tous ceux qui ont aimé le film, vous êtes en train de regarder une jeune fille de 19 ans en train d'être violée par un homme de 48 ans. Le réalisateur a planifié l'agression. Ça me rend malade", a déclaré Jessica Chastain. "Je ne regarderais plus jamais ce film, Bertolucci ou Brando c’est la même chose. C’est immonde. Ça me rend vraiment en colère", a dit Chris Evans. "Inexcusable. En tant que réalisatrice, je ne peux pas le comprendre. En tant que femme, je suis horrifiée, dégoûtée et révoltée par ça", a écrit Ava DuVernay tandis que Michael Cudlitz (Prison Break) lançait : "Une place en enfer pour ces deux ordures et pour tous ceux de l’équipe qui ont vu et n’ont rien fait".  

Lire aussi

    Lire aussi

      En vidéo

      Le nouveau spot de campagne contre les violences faites aux femmes

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter