Budget, casting, scénario : les hackers dévoilent les coulisses de "Spectre", le nouveau James Bond

Budget, casting, scénario : les hackers dévoilent les coulisses de "Spectre", le nouveau James Bond

CINÉMA
DirectLCI
REVELATIONS – L'affaire des fuites dont est victime le studio Sony Pictures rebondit avec la publication de mémos internes évoquant le coût astronomique du prochain James Bond, "Spectre". Et les moyens de limiter le budget... Entre autre choses.

Jusqu'où iront les pirates qui font trembler, depuis plusieurs jours, la direction de Sony Pictures ? Après avoir mis en ligne plusieurs films récents, dévoilé les salaires des patrons mais aussi leurs blagues racistes sur Barack Obama et leurs commentaires peu élogieux sur la personnalité "difficile" de la comédienne et réalisatrice Angelina Jolie, voilà que les mystérieux hackers mettent à jour des mémos internes concernant les coûts du prochain James Bond, Spectre. La chaîne CNN se les ait procurés . Et c'est fort instructif.

En novembre dernier, le patron de la MGM Jonathan Glickman, qui produit le film, envoyait à Amy Pascal, l'ex-patronne de Sony, qui en est le distributeur, un état des lieux du budget annoncé. Verdict ? Plus de 300 millions de dollars, sur le papier, alors que Skyfall n'en avait coûté "que" 210 millions, pour des recettes finales de 1,1 milliards, record de la saga. "Le public a des attentes que nous devons satisfaire", écrit Jonathan Glickman. "Toutefois nous devons faire des coupes. Ce qui ne signifie pas amoindrir la production".

>> EN SAVOIR + Au fait, ça veut dire quoi SPECTRE ?

Afin de ramener l'enveloppe à un niveau raisonnable de 250 millions de dollars, le patron de la MGM annonce plusieurs suggestions. Parmi elles, filmer à Londres une scène qui se déroule dans le scénario de nuit dans une villa à Rome ; supprimer la scène finale sous la pluie afin d'économiser sur les effets spéciaux visuels (désolé pour le spoiler – ndlr) ou encore ramener de quatre à trois le nombre de wagons lors d'une bagarre dans un train.

Plus surprenant : "montrer les aspects les plus modernes du Mexique" afin de maximiser l'aide financière des autorités locales. La production américano-britannique a en effet été attirée là-bas pour tourner plusieurs scènes, en contrepartie d'une somme d'argent non stipulée. Toutefois en minimisant les images "glauques" du pays, l'équipe de Spectre pourrait obtenir "6 millions supplémentaires", indique le mémo.

>> EN IMAGES : le casting complet de SPECTRE, avec Daniel Craig

Dans les mêmes documents, on découvre la réaction de Barbara Broccoli, la productrice du film, héritière de l'empire OO7. Pour elle, ces demandes sont inacceptables. Elle explique ainsi qu'elle "ne peut pas trouver de cimetière ( la fameuse scène de pluie ? - ndlr) ou de villa appropriée en Grande-Bretagne". Et elle refuse catégoriquement de passer de quatre à trois wagons dans la scène d'action citée plus tôt. Pas d'opposition, en revanche, à un placement de produit lucratif avec la marque de bière Heineken...

Vous voulez en savoir encore plus ? Les mémos révèlent que MGM est d'accord pour engager l'acteur Andrew Scott, alias C., à la demande de Sam Mendes car il coûte 1 million de dollars de moins que Chiwetel Ejiofor, initialement prévu pour le rôle. Et plus savoureux encore : que l'un des personnages féminins de Spectre est "une méchante lesbienne". Monica Bellucci ou Léa Seydoux ? That is the question...

Lire et commenter