Catherine Deneuve balance sur les César dans Télérama

Catherine Deneuve balance sur les César dans Télérama

DirectLCI
CRITIQUES - Catherine Deneuve, en une du nouveau numéro de Télérama, s'est attaquée aux César dans le cadre d'une interview fleuve. Une cérémonie qu'elle trouve triste et biaisée. Explications.

Très rare dans les médias, surtout dans les émissions actuelles qu'elle juge "bavardes et éloignées du cinéma", Catherine Deneuve a multiplié les confidences dans le dernier numéro de Télérama. La comédienne, légende incontestée du cinéma mondial, sera bientôt à l'affiche de Dans la cour, le nouveau film de Pierre Salvadori. Elle y incarne une retraitée proche de la folie aux côtés de Gustave Kervern. Au micro du journaliste Louis Guichard, elle s'est exprimée avec une franchise de tous les instants, animée par cette précieuse liberté qui fait le sel de sa carrière.

Tristes César

Si elle a campé de multiples rôles chez les cinéastes les plus talentueux au monde, il est une chose qu'elle refuse mordicus : être grimée. "La transformation physique pour ressembler à un modèle connu, ce n'est vraiment pas mon truc, a-t-elle confié. J'adore Meryl Streep (…) Mais, franchement, c'est triste de lui décerner l'oscar pour La Dame de fer, film faible, sans point de vue, qui passe à côté de la dureté de Margaret Thatcher et où elle disparaît sous le maquillage."

Mais c'est surtout en parlant des César que Catherine Deneuve s'est montrée réellement critique. "Je ne cautionne plus les César depuis plusieurs années, explique-t-elle. Il y a trop de bizarreries dans le panel des votants, qui devrait être publié en toute transparence. Beaucoup de gens, par paresse, ne votent qu'au second tour, sur la base des nominations : ce n'est pas représentatif des choix de la profession." Et d'ajouter : "Je trouve dommage, et très significatif, qu'aucun acteur important ne soit là pour le seul plaisir d'assister à la cérémonie. On ne voit que les nominés, et encore pas tous. C'est un peu limité et tristounet comme soirée!". Pas sûr que les principaux concernés apprécient.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter