Nekfeu sera-t-il le premier rappeur français à décrocher un César ?

DirectLCI
ZOOM - Le rappeur français Nekfeu, de son vrai nom Ken Samaras, figure dans la liste des prénominés au César 2018 de la révélation masculine pour sa performance incandescente dans "Tout nous sépare". Fera-t-il mieux que JoeyStarr avant lui ?

La vrai star de Tout nous sépare, c’est lui. Dans le drame très noir de Thierry Klifa, en salles depuis le 8 novembre, Nekfeu imprime durablement la pellicule dans la peau d’un petit dealer du Sud de la France qui fait chanter la grande Catherine Deneuve. Le rappeur français, de son vrai nom Ken Samaras, figure dans la première liste des nominés au César 2018 de la révélation masculine, dévoilée mardi 14 novembre. Si la concurrence est belle, avec notamment l’époustouflant Nahuel Perez Biscayart dans 120 battements par minute, quelque chose nous dit que l’interprète de "Mauvaise Graine" a de vraies chances de l’emporter.


Nekfeu, 27 ans, n’est pas le premier rappeur français à s’essayer au cinéma. On pense à Stomy Bugsy dans Gomez et Tavares, Mc JeanGab1 dans Banlieue 13 ou encore Kaaris dans Fastlife, dans des rôles un brin caricaturaux. Et dans un registre plus crédible à Orelsan dans Comment c’est loin avec son complice Gringe, actuellement à l’affiche du polar Carbone. Mais le plus convaincant de tous, c’est sans doute JoeyStarr, nommé deux fois au César du meilleur second rôle pour Le Bal des Actrices et surtout Polisse, où il tirait les larmes des spectateurs en flic sensible de la brigade des mineurs.

Dans Tout nous sépare, Nefkeu contourne les clichés du rôle de voyou de banlieue pour imposer un personnage ambigu, charismatique mais fragile, manipulateur mais touchant. Sans doute parce qu’à 27 ans, l’enfant de La Trinité a l’habitude des caméras, lui qui a co-réalisé plusieurs de ses clips, dont celui du tube "On verra", qui a atteint à ce jour plus de 73 millions de vues sur YouTube. Et qui, en 2015, affrontait Marion Cotillard le temps d’une battle mémorable dans la série "Casting(s)" de Pierre Niney. On est sûr que la star oscarisée de La Môme s'en souvient encore...

Si le César lui tend les bras, c’est aussi parce qu’en dépit d’un couplet polémique en 2013 au sujet de Charlie Hebdo, sur un titre composé pour le film La Marche, Nekfeu est un garçon qui fait l’unanimité. Beau gosse chéri des unes de magazines, il revendique ses influences littéraires et n’a pas peur de s’opposer calmement à Catherine Deneuve sur le plateau de "Quotidien" lorsqu’elle critique le hashtag "Balancetonporc". Et puis combien de personnalités peuvent se vanter d’avoir reçu les excuses de Yann Moix après avoir essuyé le feu des critiques de l’écrivain sur le plateau d’"On n’est pas couché" ?

En vidéo

Catherine Deneuve et Nekfeu réagissent à l'affaire Harvey Weinstein

Après avoir vendu plus d’un million d’exemplaires de ses deux premiers albums, "Feu" et "Cyborg", Nekfeu n’a, contrairement à d'autres, pas vraiment besoin du cinéma pour exister. "Mon quotidien n'est pas de jouer avec Catherine Deneuve, c'est de toujours faire du rap", confiait-il il y a quelques jours à Mouloud Achour dans "Clique", sur Canal +. "Je pense que je vais un peu lever le pied car ce n'est pas mon métier, mais c'est intéressant de sortir de mon milieu, de ne pas être tout le temps avec ma bande de potes qui parle que de rap toute la journée. C'est bien aussi de parler avec d'autres gens."

Il tourne bientôt avec Fanny Ardant

Reste que sa carrière au ciné ne fait sans doute que commencer puisqu’on le reverra l’an prochain dans L’Echappée, le premier film de Mathias Pardo avec Rod Paradot, César du meilleur espoir en 2016 pour La Tête Haute. Tiens, tiens. Entre temps, il aura entamé le tournage de Ma mère est folle, le nouveau film de Diane Kurys dans lequel il donnera la réplique à Fanny Ardant, autre grande dame du cinéma français. L’histoire d’une mère un brin déjantée qui participe à un go fast pour résoudre ses problèmes d’argent, au grand dam de son fils…

Plus d'articles

Sur le même sujet