C'est quoi "un film de Julie Gayet" ?

C'est quoi "un film de Julie Gayet" ?

CINÉMA
DirectLCI
DECRYPTAGE – Jamais Julie Gayet n'aura fait autant parler d'elle depuis la révélation de sa romance avec le président François Hollande. Sa carrière, au ralenti depuis une dizaine d'années, sera-t-elle relancée, ou bien définitivement enterrée par cette surexposition inattendue ?

"Avez-vous déjà vu un film de Julie Gayet ?". La réponse à la question posée lundi par Laurent Ruquier, au public de "L'Emission pour tous" , en dit long sur la popularité de la comédienne : 14 oui, pour 113 non... La révélation de sa liaison avec François Hollande n'a visiblement pas boosté ses ventes de DVDs. Ni relancé la carrière en salles du dernier long-métrage dont elle partage la vedette avec Stéphane Guillon, Les Âmes de Papier. Sorti le 25 décembre dernier, il a attiré un peu plus de 5 000 spectateurs dans toute la France... On retiendra qu'aucune chaîne n'a sauté sur l'occasion pour rediffuser l'un des films de la comédienne, histoire de surfer sur le buzz... Lequel aurait-il fallu choisir au juste ?

La vraie question, pour être honnête, aurait du être la suivante : existe-t-il réellement un "film de Julie Gayet" comme on parle d'un "film de Jean Dujardin" ou d'un "film de Julia Roberts" ? Depuis ses premiers pas au cinéma dans La Petite Apocalypse de Costa-Gavras, en 1993, la jeune femme originaire de Suresnes alterne les rôles dans des genres différents, sans s'imposer durablement, ni dans la comédie, ni dans le drame. Et elle a rarement joué les premiers rôles dans des productions grand public. Deux de ses films seulement ont dépassé le million d'entrées : Les deux papas et la maman, en 1996, et Mon meilleur ami, en 2006. Son plus gros succès "personnel" ? Delphine 1-Yvan 0 de Dominique Farrugia avec 750 000 entrées en 1996.

En 1997, elle recevait le prix Romy Schneider

Avant le récent Quai d'Orsay de Bertrand Tavernier – plus de 800 000 spectateurs – sa carrière au ciné pêchait depuis une dizaine d'années, tandis qu'elle enchaînait les téléfilms comme V comme Vian de Philippe Le Guay, en 2011, ou plus récemment Alias Caracalla d'Alain Tasma, diffusé l'été dernier sur France 3. Aucune nomination aux César en quarante films, alors qu'elle avait reçu, en 1997, le prix Romy Schneider, décerné chaque année à un espoir du cinéma, pour son rôle de prostituée droguée dans Select Hotel, de Laurent Bounhik. Bref une carrière démarrée sur les chapeaux de roues, avant de tomber dans un relatif anonymat.

Sa romance avec François Hollande pourrait-elle changer la donne ? Tout dépendra, sans doute, de l'évolution de ce feuilleton qui passionne la presse people... et une grande partie des Français, qui tapent régulièrement son nom dans les moteurs de recherche depuis la parution d'un certain numéro de Closer . A ce jour, Julie Gayet n'a aucun projet officiel au cinéma. Elle a en revanche tourné l'an dernier un téléfilm pour France 2 dans lequel elle incarne, aux côtés de Stéphane Freiss, un couple confronté à la crise d'adolescence de leur fille. Aucune date de diffusion pour l'heure. Le titre ? Ça va passer... mais quand?. Ça ne s'invente pas.

A défaut d'être "bankable", Julie Gayet pourrait devenir un atout comme une faiblesse pour ses prochains réalisateurs. Un atout car sa présence au générique d'un film aurait le mérite d'attirer l'attention du public, notamment sur des projets plus confidentiels. Une faiblesse car elle pourrait devenir gênante si sa vie privée, désormais scrutée à la loupe, empiétait sur la promo et/ou le message d'un film et de son auteur. Si elle clarifiait son histoire avec le chef de l'Etat – et devenait pourquoi pas sa deuxième Première dame - cette maman de deux enfants pourrait également décider de mettre ses activités d'artiste entre parenthèses. Comme Carla Bruni avant elle.

Sur le même sujet

Lire et commenter