Charles Manson ? Roman Polanski a tourné la page

Charles Manson ? Roman Polanski a tourné la page

CINÉMA
DirectLCI
JUSTICE - A l’occasion de la réédition de son autobiographie "Roman par polanski", le cinéaste franco-polonais revient sur les drames qui ont entravé sa vie. Il dénonce "l’hypocrisie" qui règne en Amérique et déclare ne plus s’intéresser à Charles Manson, l’homme qui a tué sa femme en 1969.

Dans une interview à Paris Match , Roman Polanski est revenu sur son parcours, traversé par de multiples confrontations avec la justice depuis 1977 – date depuis laquelle il est poursuivi pour crime sexuel sur une mineure de 13 ans dans la résidence californienne de Jack Nicholson. Il y a plus de trente ans, le réalisateur franco-polonais du film Le Pianiste revenait déjà sur ces déboires dans son autobiographie Roman par Polanski, rééditée il y a une semaine.

"Franchement, cela ne m’intéresse plus"

Bien que la victime, Samantha Geimer, ait demandé l’abandon des poursuites depuis plusieurs décennies, Roman Polanski reste traqué depuis près de 40 ans par la justice américaine qui n’a jamais fixé sa peine finale. "Fin octobre 2014, je me suis rendu en Pologne à l’inauguration du musée Polin retraçant l’histoire des Juifs polonais, et ils ont à nouveau tenté de me faire extrader, a-t-il confié. Le tribunal de Cracovie a rejeté leur requête. Le juge américain obéissait à un ordre illégal émis par ses supérieurs... (…) C’est étonnant de voir à quel point l’Amérique est aujourd’hui puritaine alors qu’elle est le plus grand producteur de pornographie abjecte. Il y a une terrible hypocrisie."

Celui qui ne peut aujourd’hui circuler librement qu’en France, en Pologne et en Suisse est également revenu sur un autre grand drame de sa vie, celui du meurtre de sa femme Sharon Tate par le tueur en série Charles Manson en 1969. Interrogé par Paris Match sur un éventuel combat contre la libération de Manson, Roman Polanski a été catégorique : "Franchement, cela ne m’intéresse plus et je n’en aurai pas besoin car d’autres s’y consacrent depuis plus de quarante ans, notamment Debra, la sœur de Sharon Tate, qui m’a dit qu’elle combattrait contre la remise en liberté des membres de “la famille” jusqu’à la fin de sa vie."

A LIRE AUSSI
>>
La Pologne refuse d'extrader Roman Polanski
>>
Samantha Geiger, la victime de Polanski, raconte son calvaire  

Lire et commenter