Chloe Grace Moretz : "Les gens veulent découvrir des héros d'un genre neutre"

Chloe Grace Moretz : "Les gens veulent découvrir des héros d'un genre neutre"

DirectLCI
INTERVIEW – Propulsée mondialement en 2010 grâce au personnage culte de Hit Girl dans "Kick-Ass", Chloe Grace Moretz, 18 ans, est devenue en un temps record la nouvelle princesse de Hollywood. Ce mercredi, elle incarne une survivante téméraire qui affronte la fin du monde dans "La 5ème Vague". metronews a rencontré cette future valeur sûre.

La 5ème Vague est l’adaptation du roman homonyme à succès de Rick Yancey, que vous avez lu trois fois. Pourquoi un tel engouement ?
J’en suis tombée amoureuse pour d’innombrables raisons. C’est d’ailleurs l’un de mes livres préférés. Bien sûr, j’ai adoré l’histoire en elle-même mais j’avais surtout envie de mieux en connaître l’héroïne, Cassie. Je tenais à creuser dans sa personnalité.

Qu’est-ce qui vous séduit tant chez elle ?
C’est une jeune fille normale. Elle n’excelle ni à l’école ni dans le sport. Elle ne se pavane pas au bras du mec le plus populaire de son lycée. C’est juste une personne ordinaire qui essaye de tenir le coup face aux situations extraordinaires auxquelles elle est subitement confrontées. Habituellement, les héros en question sont prédestinés à vivre l’impossible. Mais pas elle.

Dans Kick-Ass, vous incarniez une gamine dure à cuire qui pétait la gueule aux méchants. Peut-on considérer Cassie comme sa grande sœur ?
(Rires) Je dirais plutôt qu’elle s’apparente à sa petite sœur. Disons qu’elle a tout pour devenir une Hit Girl en puissance. Mais pour cela, elle a besoin d’apprendre, de mieux se connaître, de se forger au fil des épreuves.

"Je crois que les gens ont envie de voir de jeunes femmes déjouer les règles de la société"

Vous semblez vous être beaucoup amusée sur le tournage…
Absolument ! Même si ça a été particulièrement fatigant et très sauvage. Nous étions tous les jours en plein milieu des bois. Il faisait froid, j’avais la crève... J’aime en tout cas ce type de récit car il plait autant aux parents qu’aux adolescents. Je regrette que beaucoup ait utilisé le label Young Adult Stories à de médiocres fins.    

Vous faites partie justement de cette génération qui dévore les romans estampillés young adult comme Divergente ou Hunger Games… Comment expliquez-vous leur succès ?
C’est intéressant… Je crois que les gens ont envie de voir de jeunes femmes déjouer les règles de la société, de découvrir des héros d’un genre neutre. L’important, ce n’est pas d’être un garçon ou une fille mais qu’il y ait une sorte de parité. Un peu comme Ray dans Star Wars, qui pourrait aussi bien être un homme qu’une femme. On ne se pose pas la question, c’est juste un personnage badass. (Réflexion) Pour autant, les récits ou les films évoqués ne sont pas forcément féministes.

Dernière question : la fin du monde dans le film se fait en 5 vagues. A quel moment capituleriez-vous ?
A la deuxième ! La grippe m’achèverait directement (rires).

A LIRE AUSSI >>
Rencontre avec Chloe Grace Moretz pour la sortie de "Laisse-moi entrer"
Montée des marches de "Sils Maria" avec Chloe Grace Moretz

Sur le même sujet

Lire et commenter