"The Little Stranger" : Domhnall Gleeson sur la voie royale

CINÉMA
DirectLCI
PORTRAIT – Héros énigmatique de "The Little Stranger", en salles mercredi, Domhnall Gleeson a enchaîné les seconds rôles avant de devenir l’un des comédiens les plus recherchés du moment grâce à une célèbre saga galactique…

Au moment où vous lisez ces lignes, Domhnall Gleeson est peut-être en train de revêtir l’uniforme de l’odieux Général Hux, sur le tournage de l’Episode 9 de Star Wars sous la direction de J.J. Abrams. Un rôle qu’il interprète depuis le retour de la célèbre franchise, avec "Le Réveil de la Force", en 2015. Il lui a permis de sortir de l’ombre de son illustre papa, Brendan Gleeson, l’irrésistible Fol Œil de la saga Harry Potter. Un univers qu’il fréquenta lui aussi, prêtant ses traits à Bill Weasley, le frère aîné de Ron, dans "Harry Potter et les reliques de la mort".


Ce mercredi, le public français le retrouvera dans "The Little Stranger", le thriller victorien de Lenny Abrahamson. Dans l’Angleterre d’après-guerre, il interprète l’énigmatique Dr. Faraday, convoqué par la famille Ayres dans la maison où travaillait sa mère comme femme de chambre lorsqu’il était enfant. Là, il va tomber amoureux de Caroline, l’héritière. Avant qu’une série de phénomènes inexpliqués vienne plonger la demeure dans le chaos…

La meilleure performance de sa carrière

Mâchoire crispée, poings serrés et la moustache et le costume bien taillés, Domhnall (prononcez Dome-aul) habite ce film de genre hybride de bout en bout, sa présence inconfortable distillant sur la pellicule un malaise qui va crescendo. C’est sans doute sa meilleure performance à ce jour au cinéma. Et de son propre aveu, elle a laissé des traces.


"On ne se débarrasse pas d’un rôle truc pareil du jour au lendemain", raconte ces jours-ci le comédien de 35 ans dans le "Daily Express". "Il se dissipe avec le temps. Les gens dans cette maison sont tous malades, et le sont de plus en plus au fur et à mesure. Ils se désagrègent. Et j’ai l’impression que c’est un peu ce qui m’est arrivé aussi." Une nomination à l'Oscar sera amplement méritée. Ce serait la première d 'une carrière construite avec patience. Et sans fausse note.

Avant d'être la vedette de "Ex machina", le superbe drame futuriste de Alex Garland, en 2015, Domhnall avait longtemps enchaîné les seconds rôles de choix au cinéma. Dans "True Grit" des frères Coen. "Anna Karénine" de Joe Wright. "Invincible" d’Angelina Jolie. "The Revenant" de Alejandro Gonzales Inarritu. Ou encore "Mother !" de Darren Aronofsky. Les fans de séries télé se rappellent aussi qu’il a joué dans l’un des plus beaux épisodes de la saison 2 de "Black Mirror", "Be Right Back".


Il y interprétait Ash, un jeune homme recrée artificiellement par sa compagne, après sa mort accidentelle. Rien à voir avec le rôle de Thomas McGregor, le méchant de "Pierre Lapin", inspiré des livres enfants du même nom. Sorti en début d'année, ce pur film familial était l’occasion de prouver que l'ombrageux Domhnall savait aussi faire rire… même à ses dépens.

"Je ne pouvais pas passer à côté de l’opportunité de me faire tabasser par un lapin numérique", racontait à "The Independent" ce comédien éclectique et fier de l’être. "Un film n’a pas besoin d’être sérieux pour être important dans le coeur des gens. "Maman j’ai raté l’avion" compte autant pour moi que "Le Parrain" !".


>> "The Little Stranger", de Lenny Abrahamson. Avec Domhnall Gleeson, Ruth Wilson, Charlotte Rampling. En salles mercredi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter