Ciseaux, machettes, crucifixion... Notre palmarès du sordide à Gérardmer 2015

Ciseaux, machettes, crucifixion... Notre palmarès du sordide à Gérardmer 2015
CINÉMA

EXTREME - Au Festival de Gérardmer, les scènes de violence et d’horreur sont traditionnellement légion. Metronews a vu pour vous tous les films de la compétition et vous livre, en toute subjectivité, son top 5 des scènes les plus hardcore. ATTENTION SPOILERS !

N°1 : ''Les ciseaux et la colle forte'' dans Goodnight Mommy
Derrière leur moue angélique, les deux jumeaux du film autrichien Goodnight Mommy ne se refusent aucun plaisir sadique. Surtout sur leur propre mère, qu’ils ne reconnaissent plus vraiment depuis qu’elle a subi une opération chirurgicale. D’ailleurs, ils n’hésitent pas à badigeonner ses lèvres de super glue pour la faire taire. Et ce, jusqu’à l’instant paroxysmique où ils entreprennent de découper les résidus de colle avec une paire de ciseaux, engendrant un saignement vomitif qui a dégoûté une infirmière aguerrie croisée en projection.

N°2 : ''Le fauchage de scouts'' dans Kub
Qui a dit que le scoutisme et les films d’horreur n’étaient pas conciliables ? Certainement pas le cinéaste belge Jonas Govaerts, qui plonge dans Kub une armada de petits bonhommes dans une forêt hantée par Kai, un sauvageon de leur âge, très peu porté sur l’hospitalité. Le comble ? Il est secondé par un mystérieux psychopathe qui, lors d’une scène ultra culottée, va foncer sur la tente de la marmaille avec sa camionnette rouillée, écrasant tout sur son passage. On notera par ailleurs la crucifixion douloureuse d’un moniteur avec deux arbres qui lui tombent dessus. Les fans du genre semblaient ravis.

N°3 : ''Meurtre malsain'' dans The Man in the Orange Jacket
Dans The Man in the Orange Jacket, de l’Arménien Aik Karapetian, un ouvrier licencié traque son patron nanti jusqu’à son imposante demeure. Caisse à outils à la main, il obéit sans détour à ses pulsions gores, nettoie tout et s’installe dans les lieux. Cigare à la main, ce sosie de Pete Doherty arpente alors les couloirs et invite ça-et-là deux callgirls à lui faire des gâteries. Dans une scène absconse (rêve ou réalité ?), on le voit planter à la masse un pieu sur la nuque de l’une d’elles. Pire encore, il place sa main dans son vagin et la porte ensuite vers sa bouche ruisselante de sang. Rassurez-vous : tout le monde a détesté.

N°4 : ''L’extraction vaginale'' de Honeymoon
Imaginez plutôt : vous épousez la femme de vos rêves, vous vous installez dans une magnifique maison au bord d’un lac pour votre lune de miel et, soudain, vous réalisez qu’elle devient très bizarre (voire carrément méconnaissable). C’est le programme que la réalisatrice Leigh Janiak propose à Paul dans Honeymoon. Ce dernier, au bout du rouleau face au comportement de sa bienaimée, finit par lui retirer des parties génitales une chose ignoble et animée, croisement entre un cordon ombilical faisandé et un serpent gélatineux. Dégueulasse, en somme.

N°5 : ''La machette déchaînée'' dans These Final Hours
''Avec These Final Hours, j’ai réalisé mon rêve : faire un film de fin du monde qui se déroule à Perth, ma ville d’origine'', nous a confié le cinéaste australien Zak Hilditch. Son héros, un jeune homme au physique de maître-nageur, occupe ses douze dernières heures qui le séparent de l’apocalypse dans un environnement chauffé à blanc. Sur sa route, il croise notamment un pèquenaud agressif qui tue un quidam de plusieurs coups de machettes. Très explicite, cette séquence rejoint la violence d’un autre combat - au marteau cette fois - où les os craquent fort. Très fort.

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent