Claude Lelouch : "Hugh Grant aime les femmes même après avoir fait l’amour"

Claude Lelouch : "Hugh Grant aime les femmes même après avoir fait l’amour"

SO BRITISH - Jusqu’au samedi 1er octobre, Claude Lelouch présidera le jury de la 27ème édition du Festival du Film Britannique de Dinard. Entre deux projections, LCI est parvenu à soumettre son interview so british et binaire au réalisateur de "Un homme et une femme" et du récent "Un+Une". Let’s go !

Daniel Craig ou Sean Connery ?

Sean Connery. On a d’une certaine façon débuté ensemble puisque les premiers James Bond sont sortis à la même période qu’Un homme et une femme. J’ai grandi avec Sean Connery. Je l’ai rencontré une fois à un diner mondain. On a échangé quelques mots. C’est un acteur avec qui j’aurais adoré tourner. Dans les années 70, certains artistes avec qui je collaborais m’ont dit que ça serait bien que je fasse un James Bond. L’idée m’a effleuré (sourire). Mais bon, le cahier des charges est tellement lourd et, même si j’aurais adoré ça, le projet ne correspondait pas tout à fait à mon cinéma.

4 mariages et un enterrement ou Coup de foudre à Notting Hill ?

Je crois que 4 mariages et un enterrement est un très grand film qui a fait aimer le cinéma anglais de manière impressionnante. C’est le genre de comédie qu’on a tous envie de faire, parce que c’est jubilatoire et que ça décrit bien la société. On y voit surtout ce qu’est l’Angleterre et l’esprit british. Il y a aussi ce côté gentleman qui fait son charme. 

Mike Leigh ou Ken Loach ?

Ah c’est trop difficile (rires). Ce sont des choix terribles. Ils sont tous les deux formidables. C’est comme si vous me demandiez qui je préfère entre ma mère et mon père. Je les aime tous les deux. Je pense que Ken Loach a peut-être été plus loin dans l’idée de changer le monde. J’ai raté à Cannes sa Palme d'or, Moi, Daniel Blake, que je compte rattraper ici, à Dinard.

David Lean ou Alfred Hitchcock ?

David Lean. Parce qu’il a essayé de filmer le plus grand acteur du monde : la vie. Il a écumé tous les genres : le film d’auteur, d’amour, de voyage, les grandes fresques… Il a mis son talent au service du cinéma et de ses possibilités, comme Stanley Kubrick par exemple. Chapeau néanmoins à Hitchcock qui, même en appliquant tout le temps la même recette, a su réinventer le suspense et imposer des personnages féminins inoubliables et sophistiqués. 

Peter Sellers ou les Monty Pythons ?

Peter Sellers (rires). Parce que son humour me fait penser à Jacques Tati, à tous ces personnages qui vous font réfléchir sur les marches avant et arrière, sur les contradictions… 

Hugh Grant ou Colin Firth ?

Hugh Grant. Je l’aime bien parce que c’est un Don Juan moderne et gentil. Un homme qui aime les femmes même après avoir fait l’amour. Il est sûrement lelouchien quelque part. Je suis très client de ses comédies romantiques comme Coup de foudre à Notting Hill ou Love Actually. L’humour anglais me fait penser à l’humour italien d’ailleurs.

Mister Bean ou James Bond ?

James Bond. En plus, ce sont les seuls blockbusters que je supporte. Oui, je déteste les trucages. Ils me font fuir et trahissent le public. J’aime tellement la vérité. Prenez la course de chars dans Ben-Hur… Elle était vraie ! Des chevaux sont morts, des cascadeurs se sont blessés, il y a de la souffrance derrière. Aujourd’hui, avec un ordinateur, je vous la refais de façon incroyable mais elle n’aura pas la même force.

Prince William ou Prince Harry ?

J’ai envie de les mettre dans le même sac. Ce n’est pas ma came. Pour moi, ce sont des dessins animés. La Reine me fait rire avec ses chapeaux, ses machins… La royauté, je n’y crois pas du tout. C’est un truc folklorique qui ne m’amuse absolument pas. Un jour, on m’a proposé d’aller voir la Reine et j’ai dit non. Je n’avais pas envie de faire la courbette à cette dame. Je n’ai rien contre mais je ne supporte pas tous les fayots qui vont se mettre devant ces gens-là, démodés et ringards. Qu’on ait le courage de le dire, merde !

Harry Potter ou Oliver Twist ?

Oliver Twist parce qu’il a souffert. Son histoire est intéressante. Il me touche, c’est un peu Les Misérables anglais. Dans Harry Potter, il y a trop de trucages encore une fois. Si ma dernière fille m’entendait, elle m’en voudrait (rires). De toutes les manières, moi, je suis resté à Blanche Neige. Nous sommes nés la même année.

En vidéo

Claude Lelouch : "Le cinéma, une passion incroyable qui m'a permis de vivre plein de vie"

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

    Déconfinement : les pistes du gouvernement

    Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

    Mise au point du Dr Kierzek à propos de la déclaration du PDG de Pfizer sur la nécessité de recevoir une troisième dose de vaccination

    La comédienne britannique Helen McCrory ("Harry Potter", "Peaky Blinders") est décédée à l’âge de 52 ans

    Lire et commenter