Colin Firth, dans "Magic in the Moonlight : "Je crois à la magie de l’amour"

Colin Firth, dans "Magic in the Moonlight : "Je crois à la magie de l’amour"

ILLUSIONNISTE. L’acteur oscarisé du "Discours d’un roi" joue un magicien qui s’entiche d’une pseudo-médium dans "Magic in the Moonlight," le dernier Woody Allen. Rencontre avec un comédien dont le charme so british agit autant à la ville qu’à l’écran.

Vous a-t-il fallu apprendre des tours pour jouer un prestidigitateur ?
Ce n’était pas nécessaire et je n’aurais jamais pu être assez convaincant. Réussir un tour comme ceux de mon personnage, c’est le travail d’une vie. Mon job consistait davantage à maîtriser le ballet, le folklore qui habille les numéros.
 
En vous grimant en magicien asiatique malgré la nationalité anglaise du personnage ?
À cette époque, les artistes adoptaient des stéréotypes exotiques sur scène. Ça faisait partie du show ; ça fascinait davantage le public. Mes premiers essais costume étaient d’ailleurs catastrophiques : je ne faisais pas du tout illusion !
 
Contrairement à votre personnage, croyez-vous au surnaturel ?

Je crois à la magie de l’amour, celle dont parle Woody dans le film, et à celle qui nous entoure. La magie qui émane d’un film, d’un livre, d’une chanson, et qui existe dans tout ce que nous ne comprenons pas. Ce qui est rationnel pour un scientifique, ce qu’il voit dans son microscope, c’est aussi surnaturel pour moi que le sont les fantômes ou les tours de passe-passe.

"Woody Allen a encore la spontanéité d’un enfant"
 
Travailler avec Woody Allen, c’est un rêve qui se réalise ?
Absolument. Pour être franc, les années passant, j’y avais même renoncé, croyant que cela n’arriverait jamais. J’entendais parfois qu’il se renseignait sur mes disponibilités mais, au final, cela ne se produisait pas. Mais j’étais déjà très fier : c’est un cinéaste qui a marqué des chapitres de ma vie alors qu’il ne savait même pas encore qui j’étais.
 
Qu’aimez-vous chez lui ?
Il considère chaque film comme un moment privilégié qu’il ne veut partager qu’avec ceux qu’il a choisis. C’est notamment pour cela qu’il est si secret sur ses scénarios avant le tournage : il veut rester dans sa bulle, préserver l’intimité du travail. C’est très valorisant.
 
Vous a-t-il surpris ? Est-il différent de ce que vous imaginiez ?
Je m’attendais à rencontrer un grand timide. Quand vous êtes aussi identifié et identifiable que Woody, le seul moyen de vous préserver, c’est en général de vous mettre en retrait, d’être sur la réserve. Mais Woody a encore la spontanéité d’un enfant : il ne filtre rien, ne mesure pas ses réactions et ses émotions. Il est profondément naturel et sincère. Comme son cinéma. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Nouvelle vague orageuse ce dimanche : 28 départements en vigilance orange

VIDÉO - Pluies "tropicales", grêlons, tornades : les images de la France frappée par les orages

VIDÉO - RER et bus inondés, toit arraché... vents violents et pluies diluviennes sur l'Île-de-France

Nouvelle sortie hors de l'ISS pour Thomas Pesquet : quelle mission après les incidents de mercredi ?

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.