"Come as you are" : le film qui dénonce les thérapies de conversion des homosexuels

CINÉMA
DirectLCI
ON AIME - La comédienne américaine Chloë Grace Moretz est la vedette de "Come as you are", une plongée saisissante dans l’univers des thérapies de conversion pour homosexuels, toujours en cours dans une partie des Etats-Unis. Rencontre.

C’est un film fort, autant par son traitement que par son sujet. Dans "Come as you are", récompensé par le Grand prix du dernier Festival de Sundance, la réalisatrice Desiree Akhavan suit le parcourt de Cameron Post, une adolescente du Montana, forcée à suivre une thérapie de conversion sexuelle, après avoir été surprise avec la reine de beauté de son lycée. L’intrigue, inspirée du roman Emily M. Danforth, "The Miseducation of Cameron Post", se déroule dans les années 1990. Mais elle pourrait tout aussi bien être transposée aujourd’hui.


" 77000 jeunes suivent ce genre de thérapie en 2018, et c’est en progression constante", raconte à LCI la comédienne Chloë Grace Moretz, révélée dans la saga "Kick Ass" et qu’on pu voir depuis dans "Hugo Cabret" de Martin Scorsese ou "Sils Maria" d’Olivier Assayas. "Près d’un million de personnes sont passées par ces thérapies de conversion qui existent encore dans 38 Etats américains. Et c’est légal !", s’emporte-t-elle.

J’espère que ce film ouvrira les yeux des gens et qu’il permettra de mettre fin à ces pratiquesChloë Grace Moretz

Depuis la fin des années 1990, un mouvement international s’est mis en place pour mettre fin à ces thérapies, encore soutenues par les fondamentalistes chrétiens et les organisations d’extrême-droite. Elles ont été interdites au Brésil, à Malte et en Chine. Le 1er mars dernier, les Etats membres de l’Union Européenne ont voté un texte visant à les rendre illégales. En France, elles sont actuellement toujours autorisées, même s’il n’existe pas ou peu de statistiques.

Ex-star ado, Chloé Grace Moretz, 21 ans, offre sa notoriété à ce sujet encore méconnu du grand public. "Vous êtes virés de chez vous, vous n’avez aucun moyen de communication avec le monde extérieur", souligne-t-elle. "Ces jeunes grandissent avec l’idée qu’ils sont malades. Alors ils font de leur mieux pour guérir... Alors qu’on ne devient pas gay. On est né comme ça. J’espère que ce film ouvrira les yeux des gens et qu’il permettra de mettre fin à ces pratiques."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter