"Dalida" : qui est Sveva Alviti, l'actrice italienne qui s'est évanouie en direct dans "Le Grand Journal" ?

CINÉMA
DirectLCI
PORTRAIT - Elle est la matrice de Dalida. A 32 ans, la (presque) débutante Sveva Alviti émerveille sous les traits de la célèbre chanteuse dans le biopic réalisé par Lisa Azuelos. LCI vous propose de faire connaissance avec cette future star en puissance.

Sa beauté, à la fois douce et sauvage, fait l’effet d’une décharge électrique. Et quand elle répond aux questions des journalistes en faisant saillir son (exquis) accent italien, Sveva Alviti parvient carrément à réveiller les morts. A 32 ans, cette native de Rome prête ses traits magnifiques à la chanteuse Dalida dans le biopic homonyme signé Lisa Azuelos. "On a fait un casting de plus de 200 actrices en Italie", se souvient la réalisatrice. "Je leur ai fait chanter Je suis malade en plan serré pour voir qui serait capable de communiquer une émotion pure. » La jeune femme tape alors dans le mille et épate la galerie. "En la choisissant, 97% du travail était déjà fait."


Pourtant, rien ne la prédestinait à incarner l’interprète de "Mourir sur scène". "Contrairement à ma famille, je ne la connaissais pas très bien parce que ce n’est pas ma génération", admet-elle volontiers. Avec l’aide d’Orlando, le frère de Dalida, -lequel avait au départ quelques réserves (vite balayées) sur sa capacité à relever ce gros défi-, Sveva évite la technique de l’Actor’s Studio et tourbillonne avec la force de son instinct. "Je ne voulais surtout pas l’imiter car ce n’est pas le travail d’une actrice. Lisa et Orlando m’ont donné la liberté d’incarner un mythe et tout est sorti de moi naturellement." Une prestation sans calcul, à fleur de peau, qui devrait lui ouvrir grand les portes du métier.

C’était important pour moi de restituer la joie et la part noire et intimiste de sa vieSveva Alviti

Avant de crever l’écran, Sveva, élevée dans une famille globe-trotteuse (le papa est chef de cabine pour Alitalia), a frôlé une carrière tennistique. A 17 ans, à l’article d’un passage chez les pros, sa soeur l'inscrit au concours de mode, version italienne, d’Elite Model Look. Elle remporte le gros lot et troque sa raquette et ses baskets pour les podiums new yorkais les plus enviables. Les créateurs se passionnent vite pour son sculptural corps longiligne. Neuf ans s’écoulent et pourtant, en son for intérieur, la diva romaine ne trouve pas épanouissement à son pied. Elle se rêve alors actrice, suit les cours de Susan Batson (la coach de Nicole Kidman), joue dans trois films italiens méconnus du grand public et, découragée, s’apprête à jeter l’éponge quand on lui propose le casting de Dalida. 


En jetant son dévolu sur elle, Lisa Azuelos a vu (très) juste. A l’écran, Sveva est littéralement devenue Dalida. "C’était important pour moi de restituer la joie et la part noire et intimiste de sa vie", confie-t-elle. "Elle a traversé trois périodes. Quand elle a commencé sa carrière, elle était très italienne. Puis elle a chanté des choses plus poétiques, que j’aime, et il y a eu le disco. J’adore ces trois moments. C’est une artiste complète. Avec elle, tu peux danser et pleurer en même temps !". Au total, Sveva Alviti a eu neuf mois de préparation pour ce rôle, appris le français -langue qu’elle ne maîtrisait aucunement- et passé quatre heures de maquillage par jour pour que le spectacle soit à la hauteur de l’ambition collective. Chapeau et, surtout, grazie mille !

En vidéo

Découvrez la bande-annonce du biopic Dalida

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter