"Deepwater" : le film sur le pire accident écologique de l’histoire des Etats-Unis est-il une catastrophe ?

CINÉMA
DirectLCI
ON HESITE – En 2010, la plateforme pétrolière Deepwater Horizon explosait en pleine mer, provoquant une marée noire sans précédent dans le Golfe du Mexique. Cet épisode tristement célèbre est au cœur de "Deepwater", un film catastrophe à moitié convaincant.

Comment la plus grande catastrophe pétrolière de l’histoire des Etats-Unis a-t-elle pu se produire ? C’est toute la question que développe Peter Berg au début de Deepwater avant de mettre en scène le naufrage dans un déluge de feu et de pétards. Retour sur un événement dramatique et son adaptation cinéma. 


Une histoire vraie 

Louée par la compagnie pétrolière BP pour forer un puits dans le Golfe du Mexique, le Deepwater Horizon ne fit jamais le trajet retour en avril 2010. Onze membres de l’équipage périrent dans la destruction de la plate-forme et 17 furent blessés. En cause : des réparations et des tests non effectués sous la pression des dirigeants de BP refusant d’attendre plus longtemps leur "livraison". La catastrophe, inévitable, fut contée quelques mois plus tard dans un article du New York Times,  "Deepwater Horizon's Final Hours", qui servit de point de départ au film de Peter Berg.

Une mise en place longuette

Certes, Deepwater est un film catastrophe mais avant que l’incident ne survienne à l’écran, le réalisateur de Battleship et Le Royaume  prend le temps d’installer ses personnages et son décor. Trop même : l’ennui s’installe peu à peu, au gré de la balade sur ce paquebot condamné. Peut-être aurait-il été préférable de couper un tantinet cette exposition pour analyser les conséquences écologiques de ce drame, malheureusement non traitées ici.

Un accident spectaculaire 

N’ayant pas eu l’accord de BP pour utiliser une de leurs plateformes, Peter Berg et ses équipes en ont construit une à 85 % pour les besoins du long-métrage. Lequel décolle vraiment dans sa seconde moitié, explosive et immersive. Peter Berg et Mark Wahlberg, qui incarne ici l’électricien héroïque du « navire » qui devint d’ailleurs consultant pour le film, vous plongent alors au cœur même de la tragédie, au milieu des flammes et des inondations. Une virée en enfer suffocante qui, finalement, mérite à elle seule le détour.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter