"Discount" : metronews a regardé le film avec une caissière de supermarché

CINÉMA
INTERVIEW – Dans la comédie sociale "Discount", en salles ce mercredi, des employés d’un supermarché à bas prix décident d’ouvrir une épicerie solidaire sous la menace d’un licenciement. Metronews a montré le film à Marie, une caissière travaillant dans ce type d’établissement, à Paris. Et en a profité pour lui poser quelques questions. Le constat est édifiant.

Vous êtes caissière dans un supermarché discount. Jugez-vous le film fidèle à votre réalité professionnelle ?
Oui, je le trouve réaliste dans sa peinture de notre quotidien, qui ne se résume pas seulement à taper sur des touches. Nous faisons bien d’autres choses : le retrait de la DLV (date limite de vente), la mise en rayon, le nettoyage du magasin, des caisses et de ses annexes, l’accueil de la clientèle, l’encaissement ou encore la réception du camion de marchandises. Tout ça avec le sourire même si le cœur n’y est pas…

Êtes-vous obligée, comme les personnages du film, de rester debout tout le temps ? Vos pauses toilettes sont-elles vraiment minutées comme on peut le constater ?
Ce n’est pas un métier facile. Il faut être solide physiquement et moralement. On travaille debout parce que les sièges ne sont pas adaptés et l’espace restreint. Cela nous permet d’être au même niveau que le client et d’éviter le sentiment d’infériorité. S’asseoir n’est pas interdit mais quand le matériel est cassé ou inapproprié, il vaut mieux travailler debout. Cela épargne notre dos mais c’est dur dur pour les jambes. Concernant la pause toilette, elle n’est pas minutée comme dans le film car je fais partie d’une petite structure. Mais je sais que ces pratiques existent. Comme le chronomètre également mis en place pour compter le temps d’encaissement. Il s’agit d’un logiciel qui enregistre les performances de chaque caissier. Les résultats sont affichés dans les locaux du magasin. Ils appellent ça la productivité. On nous exige d’être plus performants sans que le salaire ne bouge.

Il y a une forte cohésion entre les personnages. Est-ce pareil dans la vie ? Êtes-vous soudés face à toutes ces épreuves quotidiennes ?
Oui, nous sommes très soudés que ce soit d’un point de vue professionnel et personnel. Nous formons une famille même s’il y a parfois des coups de gueule entre nous (rires). Comme dans le film…

"Les Français sont nombreux à acheter en promo, à payer en tickets restos"

Vous êtes des observateurs de la société. Trouvez-vous que les Français galèrent plus et qu'ils sont de plus en plus à cheval sur les prix ?
Sans aucun doute. Les salaires et les retraites n’augmentent pas contrairement au coût de la vie qui ne cesse de grimper. Tout comme les taxes et les impôts… Ils sont nombreux à acheter en promo, à payer en tickets restos ou même en petites monnaies. Ils font très attention. Aucun superflu n’est admis. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à faire plusieurs enseignes dans une même journée afin de remplir leur caddie au prix le plus juste.

Discount montre la destruction des produits sur le point de périmer. Comment cela se passe chez vous qui travaillez dans une grande ville ?
Ils sont jetés. Du bleu de méthylène est versé dessus afin que personne ne puisse les récupérer. Le personnel n’a pas le droit de prendre ni de consommer ces produits. C’est considéré comme du vol et ça peut nous conduire à un licenciement pour faute grave. Autrement, à l’approche de la date de péremption, il nous arrive de faire des promos : un article acheté, un offert.

Êtes-vous en mesure de redistribuer la nourriture à des nécessiteux ?
Hélas, on n’a pas la possibilité de redistribuer cette nourriture, encore consommable, à ceux qui en ont vraiment besoin. Rien n’est fait dans ce sens…
 

Lire et commenter