Eddie Redmayne : "Il y a dans Les Animaux Fantastiques la même énergie et la même fantaisie que dans Harry Potter'"

DirectLCI
PHENOMENE – Cinq ans après le dernier volet de Harry Potter, voilà que débarque sur les écrans "Les Animaux Fantastiques, adaptation d’un livre dérivé de l’univers du célèbre sorcier. Et c’est cette fois J.K. Rowling elle-même qui signe le scénario ! LCI a rencontré Eddie Redmayne, le héros de cette nouvelle franchise magique qui devrait compter cinq épisodes, son réalisateur David Yates (qui avait signé les quatre derniers volets de Harry Potter) et ses partenaires Ezra Miller et Katherine Waterston.

Quelles sont les connexions et les différences majeures entre ce film et Harry Potter ? 

Eddie Redmayne : Les Animaux Fantastiques s’inscrit directement dans le passé de la franchise Harry Potter. Il y a des références à des personnages et des dynasties, comme Dumbledore, les Lestrange... mais dans une nouvelle époque. Quand j’ai lu le scénario, il y avait la même énergie et la même fantaisie que dans les films précédents, mais dans le New-York des années 20. 

Katherine Waterston : Eddie dit de ce film qu’il est comme un œuf de Pâques. Il y a plein de petites choses cachées à l’intérieur. Les fans pouront s’amuser à trouver les liens eux-mêmes. Mais ceux qui ne connaissent pas l’univers ne seront pas perdus non plus.

Quand j’ai lu le script, j’ai eu l’impression de revenir à la maisonDavid Yates, réalisateur

A quel point étiez-vous familier de l’univers "Potterien"? 

Eddie Redmayne : Katherine et moi avons des frères et sœurs plus jeunes qui ont lu les livres et nous ont encouragés à en faire de même. Je les adorés, comme les films qui étaient épatants. 

Katherine Waterston : C’était génial de grandir avec eux. Tout dépendra du succès des films, mais c’est excitant de se dire que nous vieillirons nous aussi avec nos personnages. Mais sans passer par la puberté bien sûr ! 

Ezra Miller : Mon père m’a lu le premier livre quand j’avais sept ans. Enfant, j’étais un fan obsessionnel de Harry Potter. Je le suis toujours.


David, il fallait à la fois satisfaire les fans et apporter un vent de fraicheur à ce monde ? 

David Yates : Absolument mais le défi a immédiatement été relevé par J.K. Rowling . Elle a signé un scénario qui renouvelle ce monde de façon intéressante avec ces nouveaux personnages, cette nouvelle époque, de nouveaux thèmes. Mais tout en conservant sa chaleur et son humanité. Quand j’ai lu le script, j’ai eu l’impression de revenir à la maison mais que quelque chose avait changé (...) Il fallait ne pas se répéter mais aussi faire plaisir aux gens qui aiment les livres.  La seule personne qui pouvait réussir avec authenticité était l’auteur elle-même.

En vidéo

Interview les animaux fantastiques

En vidéo

SON DAVID YATES 1

Ezra, comment est-ce de jouer le psychopathe ? 

Ezra Miller : "Tout le monde aime les psychopathes". Ca pourrait d’ailleurs être le titre de tous les journaux cette semaine ! Cela dit, je ne suis pas certain que Croyance, mon personnage, soit un psychopathe. Peut-être est-ce plus compliqué que cela. Mais c’était un défi de l’interpréter, physiquement notamment. Il n’a ni masseur, ni prof de yoga mais une grosse tension dans les épaules ! (rires)


Les héros de cette nouvelle saga sont adultes. De quoi élargir le public ? 

David Yates : Je ne pense pas en terme de cible. On essaie juste de faire l’histoire la plus irrésistible possible. Mais les gens qui ont grandi avec Potter trouveront sans doute ces personnages attirants. Ce qui n’empêche pas les enfants d’apprécier le film. J’en étais même surpris car je pensais qu’ils buteraient sur la noirceur ou les problématiques adultes. 


Les fans ont beaucoup d’attentes. Vous avez la pression ? 

Katherine Waterston : Nous étions en état de déni sur le tournage. J.K. Rowling et David Yates connaissent tellement bien cet univers qu’ils arrivaient à nous faire croire que nous faisions un petit film intimiste. Aujourd’hui, ce sont les journalistes qui nous mettent la pression. 

Eddie Redmayne : Je suis en sueur depuis ce matin d’ailleurs !

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter