"Fahrenheit 11/9" : Donald Trump dans le viseur du nouveau Michael Moore

DirectLCI
REBELLE - 15 ans après "Fahrenheit 9/11", son docu sur George W. Bush et les attentats du 11 septembre 2001, le cinéaste Michael Moore a choisi de faire de Donald Trump le sujet de son nouveau film, "Fahrenheit 11/9". Explications.

"Comment en est-on arrivé là ? Et comment est-ce qu’on en sort ? Le film à voir avant qu’il ne soit trop tard". Le synopsis officiel du nouveau documentaire de Michael Moore annonce la couleur. Son titre ? "Fahrenheit 11/9", un clin d’œil appuyé à "Fahrenheit 9/11", la Palme d’or 2004 qui chroniquait les années Bush à partir des attentats du 11 septembre 2001. Cette fois, c’est le début de mandat de Donald Trump, élu officiellement le 9 novembre 2016, que le cinéaste américain a choisi d’explorer, à sa manière bien à lui. 


Invité jeudi soir du talk-show de Stephen Colbert, l’intéressé a dévoilé  de premières images dans lequel on le voit d’accéder à Mar-a-Lago,la propriété du président américain, en Floride, expliquant vouloir "entrer dans la Maison Blanche du Sud." Alors qu’une caméra de surveillance zoome sur Michael Moore, on peut l’entendre s’adresser au gardien : "Dites-lui juste que c’est moi !". Une scène qui fait écho à son docu de 1989, "Roger et moi", dans lequel il essayait de rendre visite au patron de General Motors, Roger B. Smith, alors que la firme venait de supprimer 30.000 emplois à Flint, Michigan, la ville du cinéaste.

J’espère que vous ne ferez jamais de film sur moiDonald Trump à Michael Moore dans le talk-show de Roseanne Bar, en 1998

Pressé par l’animateur, Michael Moore a refusé d’en dire plus sur le contenu de Fahrenheit 11/9, même si on peut aisément en imaginer la tonalité. Dans Fahrenheit 9/11, il avait travaillé à partir de nombreuses images de télé inédites comme lorsque George W. Bush est informé de l’attentat contre les tours jumelles du World Trade Center, alors qu’il est en train de faire la lecture à des enfants dans une école de Floride. L’air perdu, il reste de longues minutes sans rien faire, un livre entre les mains. 

L’actuel pensionnaire de la Maison Blanche sera-t-il moqué de la sorte dans ce nouveau pamphlet cinématographique ? Il promet, en tout cas, de sacrées passes d’arme entre les deux hommes sur les réseaux sociaux. Fin mai, il dévoilait sur Twitter un extrait du talk-show de la comédienne Roseanne Barr en novembre 1998 au cours de laquelle, il se trouvait en plateau avec le futur président américain. On peut entendre ce dernier féliciter le cinéaste pour Roger et moi, avant de plaisanter : "J’espère que vous ne ferez jamais de film sur moi."

Cette séquence pourrait bien figurer dans "Fahrenheit 11/9", dont la sortie américaine est prévue le 21 septembre prochain. Interrogé par Stephen Colbert sur la situation politique aux Etats-Unis, Michael Moore a expliqué qu’il "pleurait tous les jours en regardant les infos (…) La seule manière d’arrêter tout ça, c’est d’aller en première ligne. C’est la raison pour laquelle je fais des films. Parce que je pense qu’il y a une chance."

Durant la campagne de 2016, le cinéaste s'était montré très actif, sur les réseaux sociaux mais aussi sur le terrain. En octobre, un mois avant l'élection, il avait réalisé dans l'urgence un documentaire intitulé "Michael Moore in TrumpLand" pour raconter ses difficultés à jouer son one-man show consacré à la course à la Maison Blanche. Il y expliquait  avoir été censuré par la direction d'un théâtre de l'Ohio, l'un des "swing states" dont les électeurs allaient voter en majorité, quelques semaines plus tard, pour l'homme d'affaires républicain. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter