Faut-il (ou pas) se précipiter voir "Captain America : Civil War" ?

Faut-il (ou pas) se précipiter voir "Captain America : Civil War" ?

CINÉMA
DirectLCI
CRITIQUE – Chris Evans et Robert Downey Jr se déclarent la guerre sous les yeux de Scarlett Johansson, Paul Rudd et consorts dans le troisième film de la franchise "Captain America" : le match est-il à la hauteur des attentes ? Metronews est partagé sur la question.

C'est (déjà) le 13e volet de l'univers cinématographique Marvel. Dans Captain America : Civil War, le superhéros au bouclier affronte Iron Man dans un face à face épique qui réunit une bonne partie de la grande famille Avengers. Le résultat ? Entre l'incontournable et le dispensable. On y va... ou pas ?

OUI pour le concentré d’Avengers
Plus que Captain america 3, Civil War aurait pu s’intituler Avengers 2,5. Le blockbuster Marvel met en effet en scène l’affrontement de Steve Rogers et Tony Stark, divisés sur le sort du Soldat de l’hiver (le BFF du Captain), mais aussi sur la question d’une possible ingérence de l’Etat dans l'organisation des Avengers. Ce débat concernant tous les membres du groupe, La Sorcière Rouge, La Veuve Noire, Le Faucon, Hawkeye, Rhodes et Vision devront choisir leur camp et se verront bientôt rejoints par Ant-Man, La Panthère noire et Spider-man, appelés à la rescousse par les deux leaders. De quoi apporter "sang neuf et panache" au sein du gang !

NON pour la redite
Depuis Iron Man en 2008, les films de super-héros débarquent sur les écrans avec la régularité d’un métronome. Et, plus les blockbusters défilent, plus il est difficile de surprendre le spectateur, désormais rompu aux codes du genre. Voire blasé. Entre sensation persistante de déjà-vu et début de lassitude, la formule commencerait-elle à s’essoufler ?

 OUI pour THE scène d’action
Si toutes les scènes de combat sont soigneusement exécutées, l’une d’entre elles sort très clairement du lot, tous Marvel confondus. Les pro-Captain y affrontent les pro-Iron Man sur le tarmac d’un aéroport. Mais sans volonté de blesser réellement, chacun se frottant ici à l’un de ses potes. Résultat : humour, clins d’œil (à Star Wars notamment) et malice s’invitent au milieu des duels et font de ce match l’une des scènes les plus funs, créatives et spectaculaires de la franchise.  

 NON pour les baisses de régime 
Outre de rares punchlines et la rencontre cocasse entre Tony Stark et un Peter Parker immature (Tom Holland, l’ado araignée du prochain reboot), l’humour a quelque peu déserté les Avengers, et spécifiquement Iron-Downey-Man, passé en mode "remords et trauma". Quant aux dilemmes posés aux seconds rôles (de Wanda à Natasha), ils sont trop rapidement expédiés pour constituer de réels enjeux parallèles. Bilan des courses : entre deux séquences musclées d’une franche efficacité, l’ennui point ponctuellement le bout de son nez au gré des 2h28 de projection.

A LIRE AUSSI
>> Le portrait d’Emily VanCamp, l’amoureuse de Captain America
>>  Découvrez l’expo Marvel Avengers S.T.A.T.I.O.N à Paris  
 

Lire et commenter