Quand Hollywood valorise enfin ses talents et ses récits afro-américains

Quand Hollywood valorise enfin ses talents et ses récits afro-américains

DIVERSITE - Après la polémique #Oscarssowhite, les Afro-Américains sont plus présents sur les écrans et dans les cérémonies de remise de prix cette année. Certains acteurs, dont Viola Davis et Denzel Washington, les stars de « Fences », se sont exprimés sur le sujet.

En 2015 et 2016, aucun membre de la communauté noire-américaine n’était nommé aux Oscars dans les catégories majeures malgré les sorties de Selma et Straight Outta Compton ou les performances de Michael B. Jordan dans Creed, Idris Elba dans Beast of No Nation et Samuel L Jackson dans Les Huit Salopards. Cette absence remarquée provoquait une mobilisation parmi les stars hollywoodiennes, le boycott de la cérémonie par certains acteurs et le lancement d’une campagne #Oscarssowhite ("Oscars tellement blancs") sur les réseaux sociaux. 

Un an plus tard, l’Académie aura retenu sa leçon. Six acteurs noirs sont nommés aux différents prix : Viola Davis et Denzel Washington pour Fences, Ruth Negga pour Loving, Mahershala Ali et Naomie Harris pour Moonlight et Octavia Spencer pour Les Figures de l’ombre. Si la Présidente des Oscars salue "un réel progrès", l’interprète de Fences était plus nuancée dans le journal The Guardian : "Je crois qu’il y a toujours une carence. Car une année, il y a pléthore de films afro-américains et l’année suivante, plus rien." 

En vidéo

Fences : la bande-annonce du film avec Denzel Washington

Enfin l’année du changement ?

2017 aura été un bon cru si l’on en croit ces nominations et les films mettant en scène la vie d’Afro-Américains. Les conséquences de la polémique #Oscarssowhite ? Rien à voir selon Viola Davis et Octavia Spencer, argumentant toutes deux qu’il faut plus d’un an pour écrire, monter et tourner un long-métrage. Interrogé à son tour sur CNN, Denzel Washington, acteur et réalisateur de « Fences », sera lui encore plus catégorique. "Oui, c’est injuste et alors ? Si vous cherchez une raison pour abandonner, vous en trouverez toujours une."

Aux Bafta, les César anglais où elle était consacrée pour son rôle, sa partenaire dans Fences rebondissait de nouveau sur la question. "Mon père disait que nos vies d’afro-américains comptent. Celle du garçon d’écurie, des gens qui ont grandi sous les lois brutales de Jim Crow (les lois ségrégationnistes, ndlr), de ceux qui n’ont pas fait l’Histoire mais qui ont une histoire qui mérite d’être racontée." L’adaptation de la pièce d’August Wilson, chronique familiale dans laquelle elle joue l’épouse d’un ex-sportif devenu éboueur dans les années 50, en est la preuve. Tout comme Moonlight, portrait d’un homosexuel dans une banlieue américaine à travers les âges. 

Mais selon Octavia Spencer, interviewée sur le site Deadline, ces productions font encore figure d’exception. "Les studios ne donnent pas facilement le feu vert à un film avec des acteurs de couleur s’ils ne sont pas accompagnés d’acteurs blancs et bankable. (...) Mais quand nous arrêterons de payer pour aller voir des films qui ne nous représentent pas tous, il y aura une vraie explosion de la diversité." A en croire les très beaux résultats de Fences, Moonlight et Les Figures de l’ombre au box-office américain, le changement, cela pourrait être maintenant. La conséquence, peut-être, de la Présidence Obama, de l’émergence d’auteurs noirs à succès (Ryan Coogler, Steve McQueen, Lee Daniels, Barry Jenkins...) ou encore du carton des séries Scandal, Murder (avec Viola Davis), Atlanta et Empire. Quoiqu’il en soit, Marvel et Disney ont eux aussi compris le message : Black Panther aura ainsi le droit à son propre film en février 2018. 

Lire aussi

En vidéo

Bande annonce de Moonlight

En vidéo

"Les figures de l'ombre": bande annonce

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

EN DIRECT - Covid-19 : les vaccins AstraZeneca et Janssen "indispensables" pour atteindre les objectifs du gouvernement

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

Tchad : tout juste réélu, le président Idriss Déby meurt des suites de blessures reçues au combat

Lire et commenter