Festival d’Annecy: "Vaiana", la première princesse Disney sans prince charmant

Festival d’Annecy: "Vaiana", la première princesse Disney sans prince charmant
CINÉMA

LEGENDES - Ron Clements et John Musker, réalisateurs des cultissimes "La petite sirène" et "Aladdin", sont passés par Annecy pour présenter une vingtaine de minutes de "Vaiana, la légende du bout du monde", le Disney de Noel 2016. Metronews les a rencontrés en attendant la sortie du film le 30 novembre 2016

Il était une fois une princesse et navigatrice polynésienne partie à la recherche d’une île perdue avec Maui, demi-dieu aussi frimeur que courageux, et Hei Hei, coq stupide et déplumé. Mais pas d'amoureux ou de conte de fées à l'horizon dans cette légende animée que nous concocte Disney : Vaiana (Moana en V.O) ne sera qu’aventure, musique et légendes polynésiennes. Ses créateurs nous expliquent.

Un nouveau territoire à explorer
"Nous cherchions une aire de jeux que nous n’avions pas ou peu explorée au sein du studio. La Polynésie et ses légendes se sont imposées : il y avait certes eu Hawaï dans Lilo et Stitch mais nous pensions davantage à Samoa, Tahiti, les Fidji, plus mystérieux à nos yeux." a confié John Musker à Metronews. "Nous avons fait des voyages de recherches là-bas et nous avons découvert une mythologie riche et incroyable. Nous n’avons pas joué les touristes mais nous nous sommes plongés dans la culture pour comprendre à quel point le fait de grandir sur une île affectait le système de pensée et les comportements des habitants."

L’eau : un personnage à part entière
"Quand nous avons pitché l’idée du film, nous ne réalisions pas que l’océan aurait une place si importante, qu’il serait un être vivant sans visage ni parole mais capable d’émotions, un peu comme le tapis volant d’Aladdin." se rappelle Ron Clements. "La technique a évolué depuis La petite sirène et La planète au trésor mais l’eau reste l’un des éléments les plus difficiles à animer. Car, plus les outils sont simples et accessibles, plus les ambitions sont hautes. Je crois que vous verrez d'ailleurs dans ce film des choses que vous n’avez jamais vues dans un Disney. »

Une héroïne badass
"Vaiana est unique dans l’histoire des princesses de Walt Disney Animations : c’est un récit d’apprentissage centré sur une héroïne aventurière et il n’y a absolument aucune romance",  nous explique le duo, se rappelant que même dans La reine des neiges, l’une des deux sœurs avait un amoureux (Rebelle n’en avait pas mais il s’agit d’un film Pixar, ndlr). "Vaiana n’est ni l’acolyte, ni la fiancée, ni la fille en détresse : c’est une jeune fille irrésistible, passionnée, effrontée et inspirante que les enfants pourront prendre pour exemple."

L’écologie en arrière-plan
"Nous abordons bien sûr les problématiques environnementales dans Vaiana mais de manière sous-jacente", débute John Musker avant que son acolyte ne poursuive. "Nous avons beaucoup entendu cette phrase pendant notre voyage: "vous ne possédez pas la Terre. C’est elle qui vous possède". Je crois que les iliens la comprennent mieux que quiconque : ils savent combien il est important de respecter la nature et l’océan qui leur fournissent de quoi vivre, manger, travailler... Ils savent que lorsque notre environnement subit un déséquilibre important, nos vies sont lourdement impactées."

A LIRE AUSSI
>>
Madagascar 4 en préparation chez Dreamworks
>>
Le studio Ghibli ouvre ses portes à un non-japonais
>>
Pixar confirme : pas de trans dans Le monde de Dory

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent