Festival Lumière 2016 : Deneuve superstar, Tarantino pour l'ouverture

Festival Lumière 2016 : Deneuve superstar, Tarantino pour l'ouverture

Catherine Deneuve, icône incontestée du cinéma français, va donner le "la" du 8e Festival Lumière, qui s'ouvre samedi à Lyon avec une programmation bâtie autour de 180 films classiques restaurés pour le plus grand bonheur des cinéphiles.

Une rétrospective regroupant 13 de ses plus célèbres longs métrages alimentera l'hommage rendu durant une semaine à l'actrice de 72 ans, qui viendra donner une masterclass et recevra le Prix Lumière. Celle qui a tourné sous la direction de Truffaut, Demy, Polanski ou encore Buñuel est la première femme à être ainsi distinguée, après Clint Eastwood, Milos Forman, Gérard Depardieu, Ken Loach, Quentin Tarantino, Pedro Almodovar et Martin Scorsese.
  

"Qui mieux que Catherine peut incarner le talent, l'intelligence, l'autorité et, disons-le, la beauté. La popularité aussi: c'est une star à la carrière incomparable. Elle possède l'une des plus belles filmographies au monde", explique Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière.

Catherine Deneuve partagera le haut de l'affiche de cette 8e édition avec Marcel Carné et Buster Keaton, deux autres monstres sacrés du 7e Art auxquels le festival consacrera une large sélection de films.
  

Au rayon des rétrospectives, les cinéphiles pourront redécouvrir l'oeuvre de la cinéaste américaine Dorothy Arzner - première femme à avoir touné un film parlant - et du pionnier de la comédie "à l'italienne" Antonio Pietrangeli. Trois autres cycles de projections seront dédiés aux actrices qui ont fait Hollywood - Lana Turner, Marlene Dietrich, Bette Davis... -, aux monstres des studios Universal et à l'année 1970, avec une série de longs métrages suggérés par Quentin Tarantino.

Tarantino en ouverture

Attendu pour une masterclass, le réalisateur américain de Pulp Fiction sera l'attraction de la soirée d'ouverture puisqu'il viendra présenter la projection en 35 mm de Butch Cassidy et le Kid, western mythique de George Roy Hill avec Paul Newman et Robert Redford.

Plusieurs autres grands noms du cinéma contemporain, au premier rangs desquels le réalisateur coréen Park Chan-wook, le cinéaste américain Walter Hill ou l'actrice chinoise Gong Li, viendront présenter plusieurs de leurs films et se soumettre à l'exercice de la masterclass.
 

Ils seront imités, côté français, par le cinéaste Gaspar Noé et le comédien Vincent Lindon, mais aussi par des personnalités au propos plus rare à l'instar du scénariste Jean-Loup Dabadie et du compositeur Bruno Coulais.

Habitué du festival, le Danois Nicolas Winding Refn présentera Bleeder, son premier film resté inédit en France et qui sort en salles le 26 octobre dans une version restaurée par La Rabbia.

Autre avant-première attendue: après Cannes en mai, Voyage à travers le cinéma français, formidable documentaire-fleuve de Bertrand Tavernier sur les oubliés du 7e Art hexagonal, sera projeté à Lyon avant d'investir les cinémas le 12 octobre. Enfin, le cinéaste italien Paolo Sorrentino livrera aux cinéphiles les secrets de The Young Pope, sa mini-série avec Jude Law en pape à la personnalité complexe.

Le Festival Lumière célébrera également Agnès Varda au travers d'une exposition et honorera la mémoire de Michael Cimino, Abbas Kiarostami, Chantal Akerman et Jim Harrison, tous disparus au cours de l'année.
  

Lancé en 2009 par l'Institut Lumière, la manifestation et son marché du film classique se déploient durant une semaine (390 séances) dans les salles de cinéma de 24 communes de l'agglomération lyonnaise.

Son centre névralgique est installé dans le quartier de Lyon où fut inventé le Cinématographe en 1895 et tourné "La Sortie de l'Usine Lumière", premier film de l'histoire du cinéma. Au total, 150.000 festivaliers sont attendus à l'occasion de cette 8e édition.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Mise au point du Dr Kierzek à propos de la déclaration du PDG de Pfizer sur la nécessité de recevoir une troisième dose de vaccination

Mort de l'ancien ministre Eric Raoult à 65 ans

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

Lire et commenter